Doug Flutie, qui a fait la pluie et le beau temps à une certaine époque dans la LCF, n’est pas surpris que les quarts Tom Brady et Drew Brees soient toujours aussi dominants.

Dan Ralph
La Presse canadienne

Brady, qui est âgé de 42 ans, a conclu une entente de deux ans et 50 millions avec les Buccaneers de Tampa Bay après avoir remporté six Super Bowls en 20 saisons avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Brees, qui est âgé de 41 ans, a accepté une offre semblable des Saints de La Nouvelle-Orléans, l’équipe pour laquelle il a joué pendant 14 de ses 19 campagnes dans la NFL.

PHOTO FRANK GUNN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Doug Flutie, alors des Argonauts de Toronto, quitte la poche de protection à la recherche d’un receveur libre durant un match de la Coupe Grey 1996 contre les Eskimos d’Edmonton à Hamilton le 24 novembre 1996. Les Argonauts avaient gagné.

Flutie, aujourd’hui âgé de 57 ans, a disputé 21 saisons chez les professionnels avant d’annoncer sa retraite à 43 ans en 2006. Le lauréat du trophée Heisman, qui a disputé huit saisons dans la LCF, a été nommé joueur par excellence de la ligue à six reprises et gagné trois Coupes Grey.

Pendant son séjour de 12 saisons dans la NFL, Flutie a côtoyé Brees (de 2001 à 2004 avec les Chargers à San Diego) et Brady (en 2005 avec les Patriots).

« Je crois qu’il est possible d’avoir une telle longévité au poste de quart parce que plus le temps passe, plus tu dois te servir de ta tête, et être intelligent dans ta façon de prendre les décisions, a expliqué Flutie en entretien téléphonique. C’est la raison pour laquelle un gars comme Brady, qui dépend totalement de ses instincts et de son bras, peut jouer aussi longtemps qu’il le veut.

PHOTO TIMOTHY A. CLARY, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Tom Brady.

« Je suis encore capable de lancer un ballon à 55 verges, mais jamais au-delà de 65, a-t-il poursuivi. Ce que je veux dire, c’est que tant qu’ils ont leur bras, surtout lorsque vous êtes en mesure de distribuer le ballon comme ils le font, alors ils pourront continuer de jouer. »

Flutie a rapidement vu le potentiel de Brees, qui a commencé sa carrière dans la NFL en 2001 avec les Chargers.

« Drew est un véritable leader, a dit Flutie, sans détour. Dès qu’il a obtenu le porte de quart partant, il a commencé à inviter les gars de sa ligne à l’attaque chez lui un soir par semaine.

PHOTO JIM BROWN, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Drew Brees.

« Il fait toutes les petites choses qu’un leader doit faire pour que tout le monde soit motivé et sur la même longueur d’onde », a-t-il ajouté.

Brees s’est joint aux Saints à titre de joueur autonome en 2006 et a mené l’équipe à la conquête du premier Super Bowl de son histoire, une victoire de 31-17 contre les Colts d’Indianapolis le 7 février 2010. Selon Flutie, Brees, qui a été sélectionné à 13 reprises pour le Pro Bowl, est un compétiteur né.

« Nous nous lancions des défis sans arrêt, s’est-il souvenu. Nous faisions des bottés de placement, nous lancions le ballon sur la barre transversale ou faisions un concours de bottés de dégagement.

PHOTO FRANK GUNN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Doug Flutie lors d’une présence à Toronto au stade de son ancienne équipe les Argonauts le 24 juillet 2017.

« Un doute persistait cependant, surtout à cette époque-là, à cause de sa taille : il mesure à peine six pieds. De toute évidence, ça ne m’a jamais arrêté, mais puisqu’il s’est joint aux Saints et qu’ils utilisent un système où le ballon circule beaucoup, ce facteur est devenu moins important. »

Flutie, qui mesure cinq pieds, 10 pouces et pèse 181 livres, l’a aussi prouvé dans le circuit canadien, où les terrains sont plus larges, et plus longs, que dans la NFL.

« La clé, c’est la précision, et non la puissance de ton bras, a évoqué Flutie. Pas que Drew ne l’a pas (la puissance), parce que c’est le cas, mais il est très intelligent ; il lit le jeu rapidement et décoche sa passe immédiatement. »

Flutie a ajouté que Brady est lui aussi motivé par l’idée de prouver que ses détracteurs ont tort.

« Tom adore avoir des choses à prouver, a raconté Flutie. Il a encore l’impression qu’il a des choses à prouver, et tout ça découle du fait qu’il a été repêché très tardivement (par les Patriots).

« Ça prend quelque chose comme ça pour demeurer motivé au quotidien. Pour Tom, c’est le fait qu’ils ne l’ont jamais considéré comme un choix incontournable, comme un joueur qui allait accomplir ce qu’il a fait au fil des ans. »

Brady est maintenant avec les Bucs, et Flutie croit qu’il sera motivé à l’idée de prouver qu’il peut connaître du succès là-bas également.

« J’ignore si ça le dérange encore, mais ce sera une autre source de motivation. Ce sera très étrange » de le voir dans l’uniforme des Bucs.

« Nous nous sommes échangé quelques textos dernièrement et il semble très motivé. C’est un nouveau défi, ç’a rallumé sa flamme. Même s’il n’a jamais perdu son sens compétitif ni sa flamme. »