Ils avaient perdu leurs deux premiers matchs et Ben Roethlisberger ne devait plus jouer de la saison, blessé au coude droit. Non seulement les Steelers semblaient déjà cuits à la mi-septembre, certains leur prédisaient leur pire saison depuis des décennies.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Les Steelers ont gagné au moins six matchs à chacune de leurs 50 dernières saisons, sauf une (5-11 en 1988). Mais cette fois, c’est une saison de misère qui s’annonçait. La bonne nouvelle, c’est qu’ils auraient l’un des premiers choix du prochain repêchage. Peut-être pourraient-ils ainsi mettre la main sur le successeur de Roethlisberger ?

Les Steelers avaient manifestement autre chose en tête. Moins de 48 heures après avoir appris que Roethliberger devrait être opéré au coude, les Steelers ont envoyé leur premier choix de 2020 aux Dolphins en retour du demi de sûreté Minkah Fitzpatrick. Trois mois plus tard, le DG Kevin Colbert et l’entraîneur-chef Mike Tomlin ont été félicités pour ce qui semble avoir été un coup de maître.

Si les Steelers ont procédé à l’échange avec les Dolphins, c’est en partie parce qu’ils croyaient déjà avoir leur quart d’avenir en Mason Rudolph. Mais Rudolph a finalement dû céder le poste de partant à la recrue Devlin « Duck » Hodges, qui a remporté ses trois premiers départs.

PHOTO CHARLES LECLAIRE, USA TODAY SPORTS

Venu en relève à Mason Rudolph, lui-même appelé à remplacer Ben Roethlisberger, blessé, Devlin Hodges (6) a remporté ses trois premiers départs à ses débuts dans la NFL.

Hodges joue drôlement bien pour une recrue qui n’a même pas été repêchée en avril dernier. Ses statistiques sont modestes, mais il a réussi 71,3 % de ses passes et a rarement pris de mauvaises décisions. Quart mobile, mais pas très imposant (6 pi 1 po), Hodges possède une bonne puissance de bras et de la précision.

Pourquoi « Duck » ? Parce qu’il est un avide chasseur de canards et qu’il a remporté le championnat de l’État de l’Alabama dans une compétition d’appel de canards l’année dernière.

Fitzpatrick et Watt

Bien que Hodges montre de très belles choses pour un quart qui était leur quatrième au camp, les Steelers ont gagné sept de leurs huit derniers matchs grâce à leur défense. Et l’arrivée de Fitzpatrick y est pour beaucoup.

Il y avait plusieurs bons joueurs défensifs chez les Steelers, mais l’absence d’un demi de sûreté capable de jouer le rôle d’un voltigeur de centre hypothéquait le reste de l’unité. Un ancien du Crimson Tide d’Alabama à sa deuxième saison, Fitzpatrick est ce joueur. Il a réussi 7 revirements, dont 5 interceptions, à ses 11 premiers matchs avec les Steelers, qui n’ont pas eu un aussi bon demi défensif depuis Troy Polamalu.

D’autres joueurs s’illustrent en défense, dont les demis de coin Steven Nelson et Joe Haden, le secondeur Bud Dupree et les plaqueurs Cam Heyward et Javon Hargrave. La palme revient toutefois au chasseur de quarts T.J. Watt, l’un des principaux candidats au titre de joueur défensif par excellence de la ligue.

Le petit frère de J.J. Watt a réussi 12,5 sacs, 2 interceptions, a forcé 5 échappés et en a récupéré 3 autres. À sa troisième saison, Watt est sans contredit le meilleur joueur des Steelers.

La défense du coordonnateur Keith Butler est cinquième pour les verges accordées, sixième pour les points et première au chapitre des sacs (48) et des revirements (33). La seule défense depuis que la NFL et la AFL ont fusionné en 1970 à avoir terminé au premier rang pour les sacs et les revirements au cours d’une même saison a été celle des Steelers en 1974.

PHOTO KEITH SRAKOCIC, ASSOCIATED PRESS

Acquis en début de saison des Dolphins de Miami, Minkah Fitzpatrick (39) a réussi 7 revirements, dont 5 interceptions, à ses 11 premiers matchs avec les Steelers de Pittsburgh.

Du grand Tomlin

La défense et « Duck » Hodges méritent certes des accolades pour l’étonnante saison des Steelers, mais la grande étoile de cette équipe est Mike Tomlin. Souvent critiqué, dont par l’auteur de ces lignes, Tomlin a prouvé qu’il était l’un des meilleurs de sa profession cet automne, ce qui n’était pas si évident auparavant.

À sa 13e saison avec les Steelers, Tomlin n’a toujours pas connu une saison perdante et connaît sa meilleure de l’avis de plus en plus de gens. Roethliberger, Antonio Brown et Le’Veon Bell ne sont plus là. James Conner et JuJu Smith-Schuster ont raté plusieurs matchs, dont les trois derniers, mais les Steelers continuent de gagner. Notons aussi que quatre de leurs cinq défaites ont été aux mains des Patriots, des Seahawks, des 49ers et des Ravens, qui font tous partie de la crème du circuit.

Si les Steelers gagnent contre les Bills, dimanche soir, puis le week-end prochain face aux Jets, ils seront pratiquement assurés de participer aux éliminatoires. Pratiquement personne ne croyait en cette possibilité il y a trois mois, mais Tomlin n’a jamais permis à son équipe d’abandonner. Chapeau bien bas à un entraîneur qui entre possiblement dans l’apogée de sa carrière.

LES PRÉDICTIONS DE MIGUEL BUJOLD

Tampa Bay c. Detroit : Detroit
Chicago c. Green Bay : Green Bay
Houston c. Tennessee : Tennessee
Denver c. Kansas City : Kansas City
Nouvelle-Angleterre c. Cincinnati : Nouvelle-Angleterre
Miami aux Giants de New York : Miami
Philadelphie c. Washington : Philadelphie
Seattle c. Caroline : Seattle
Jacksonville c. Oakland : Oakland
Cleveland c. Arizona : Arizona
Minnesota c. Chargers de Los Angeles : Chargers de Los Angeles
Rams de Los Angeles c. Dallas : Dallas
Atlanta c. San Francisco : San Francisco
Buffalo c. Pittsburgh : Pittsburgh
Indianapolis c. La Nouvelle-Orléans : La Nouvelle-Orléans
La semaine dernière : 9-6
Total de la saison : 120-72

Trois matchs à ne pas rater

Houston c. Tennessee, dimanche, 13 h

PHOTO D. ROSS CAMERON, ASSOCIATED PRESS

Ryan Tannehill

C’est maintenant une course entre ces deux équipes au sommet de la division Sud de l’Américaine et elles s’affronteront à deux reprises en décembre. Une semaine après avoir facilement battu les Patriots, les Texans ont oublié de se présenter contre Denver, dimanche dernier, subissant une défaite qui pourrait ultimement leur coûter le championnat de division. Quant à eux, les Titans ont gagné six de leurs sept matchs depuis que Ryan Tannehill a remplacé Marcus Mariota. Tannehill et le porteur Derrick Henry sont les deux joueurs clés de l’attaque, mais la recrue A.J. Brown connaît aussi une très bonne saison (39 attrapés, 779 verges et 6 touchés).

Rams de Los Angeles c. Dallas, dimanche, 16 h 25

PHOTO GARY A. VASQUEZ, USA TODAY SPORTS

Les Rams de Los Angeles ont joué leur meilleur match de la saison dimanche dernier contre les Seahawks de Seattle, ce qui leur a permis de rester en vie dans la course aux éliminatoires.

Les Rams ont joué leur meilleur match de la saison dimanche dernier contre les Seahawks, ce qui leur a permis de rester en vie dans la course aux éliminatoires. De la façon dont ils s’étaient fait massacrer par les Ravens il y a quelques semaines, les Rams ont le mérite de ne pas s’être effondrés par la suite. Les Cowboys n’ont joué qu’un seul match au cours des 16 derniers jours et devraient normalement être affamés après avoir perdu quatre de leurs cinq dernières parties. Mais l’équipe de Jason Garrett est souvent à plat alors qu’elle devrait être gonflée à bloc. Les Cowboys étaient favoris pour l’emporter dans cinq de leurs six dernières défaites, une statistique qui en dit long.

Buffalo c. Pittsburgh, dimanche, 20 h 20

PHOTO RICH BARNES, USA TODAY SPORTS

Le quart-arrière des Bills de Buffalo, Josh Allen, a connu des difficultés contre les Ravens de Baltimore, la semaine dernière.

Le gagnant de cette rencontre détiendra le cinquième rang de l’Association américaine et se donnera ainsi un petit coussin pour une place au deuxième rang. Même si Josh Allen a connu des difficultés contre les Ravens, la semaine dernière, les Bills avaient la chance de créer l’égalité dans les dernières minutes de la rencontre. Il est facile de sous-estimer cette équipe en raison de l’absence de joueurs étoiles, mais elle est toujours bien préparée et peut vaincre n’importe qui. La défense des Bills devrait d’ailleurs être le plus gros test qu’a subi le jeune Devlin « Duck » Hodges jusqu’à présent.