Chaque année, le sport universitaire canadien profite de la semaine de la Coupe Vanier pour honorer les meilleurs étudiants-athlètes de la saison lors d’un gala. Tous les finalistes sont également méritants, car il faut une somme incroyable de travail pour exceller comme le font ces jeunes au plus haut niveau de leur sport, tout en poursuivant des études universitaires.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Alexandre Paré, de l’Université McGill, était le candidat du RSEQ pour le prestigieux trophée Russ Jackson, remis à l’étudiant athlète qui démontre des qualités exceptionnelles dans ses études, son sport et son sens du leadership et de l’engagement social.

À sa troisième saison à McGill, le secondeur de 6 pi 2 po et 225 lb a connu une saison remarquable avec 33 plaqués, le troisième total dans son équipe. Il a aussi terminé la dernière année académique avec une moyenne cumulée de 3,95 sur 4 en kinésiologie, méritant le statut d’étoile académique canadienne, tout en faisant partie du tableau d’honneur du doyen à McGill.

À « temps perdu » – on se demande où il l’a trouvé – Alexandre a coordonné des activités pour augmenter l’engagement de ses coéquipiers. Il a ainsi joué un rôle important dans l’organisation d’une activité de nettoyage du « Ghetto McGill » par l’équipe de football.

« Notre entraîneur-chef Ronald Hilaire insiste toujours sur la notion d’imputabilité, envers notre équipe, nos coéquipiers, mais surtout envers nous-mêmes, explique Paré. Nous devons être responsables de nos actes, être conscients aussi de notre rôle dans la société. Nous avons la chance de pratiquer un sport populaire, tout en poursuivant nos études dans une institution prestigieuse.

« Chacun le fait au meilleur de ses capacités, avec ses atouts et ses défis, mais c’est notre devoir de faire tout ce que nous pouvons pour jouer un rôle positif dans la société. C’est un peu ce qu’on a voulu montrer en ramassant les déchets dans notre quartier. Ce n’est pas parce qu’on étudie à McGill et qu’on est un peu connu grâce au football qu’on doit lever le nez là-dessus, bien au contraire.

« Je pense aussi que c’est un bon message à envoyer aux jeunes qui rêvent de suivre nos traces. Le football est un sport merveilleux et j’espère le pratiquer encore longtemps, mais nous allons tous faire autre chose plus tard dans la vie et nous devons toujours assumer notre rôle de citoyen. »

Paré complète cette année son baccalauréat en kinésiologie. Il a déposé une demande d’admission en médecine et espère poursuivre ses études à McGill au cours des prochaines années.

D’autres finalistes

Les autres finalistes au trophée Russ Jackson présentaient également des CV remarquables, à commencer par le récipiendaire du prix, Jacob Janke, des Lions de York (Conférence de l’Ontario). L’étudiant de quatrième année en finances a été sélectionné sur l’équipe d’étoiles de sa conférence et il a déjà été repêché par les Roughriders de la Saskatchewan. À l’extérieur du terrain, il a fondé avec trois coéquipiers l’organisation « Tidy Strides », qui offre des services et du financement aux jeunes des quartiers défavorisés de la banlieue torontoise afin qu’ils puissent pratiquer des activités sportives. Janke agit aussi comme mentor après de ces jeunes et les invite chaque année aux matchs des Lions.

Barry Feltmate, le secondeur « All-Canadian » des Axemen d’Acadia, a maintenu une moyenne de 3,63 sur 4 en kinésiologie. Il est cette année le directeur du programme SMILE, qui s’adresse aux jeunes ayant des besoins physiques spéciaux.

Depuis son arrivée à Acadia, il s’est impliqué auprès de ces jeunes pour les aider à faire du sport malgré leurs handicaps. Feltmate est aussi le thérapeute adjoint de l’équipe féminine de basketball d’Acadia et siège au Comité exécutif des étudiants de l’Université depuis trois ans.

Derek Dufault, un ailier défensif des Bisons du Manitoba, a maintenu une moyenne de 4,5 sur 5 en sciences de l’informatique. Il a été une étoile académique canadienne à chacune de ses quatre premières années à l’Université et le sera encore cette année. Capitaine de Bisons, c’est lui qui assure le support académique à ses coéquipiers en mathématiques et en sciences. Il est aussi bénévole à l’hôpital pour enfant de Winnipeg, où il anime des démonstrations de sciences et aide les jeunes patients dans leurs études.

Des honneurs pour Seinet-Spaulding et Murphy

Des joueurs du RSEQ ont été honorés en soirée lors du gala en raflant des titres majeurs au niveau canadien. Le plaqueur Andrew Seinet-Spaulding, de McGill, a reçu le prix J.P. Metras remis au meilleur joueur de ligne. Laurent Duvernay-Tardif avait été le dernier joueur de McGill à recevoir cet honneur. Par ailleurs, le receveur de passe Jeremy Murphy, des Stingers de Concordia, a hérité du prix Peter Gorman remis à la recrue de l’année.

Le quart-arrière Chris Merchant, des Mustangs de Western, a mis la main sur le trophée Hec Crighton en tant que joueur par excellence de la saison, alors que le demi défensif Nelson Lokombo, de la Saskatchewan et été désigné joueur défensif de la saison. L’entraîneur Greg Marshall (Western) et l’entraîneur adjoint Gregg Nesbitt (Regina) ont aussi été honorés.

On a également dévoilé les formations étoiles de la saison et six joueurs du RSEQ ont été choisis sur la première équipe. Ce sont les joueurs de ligne offensive Ketel Assé et Samuel Thomassin, et le secondeur Kean Harelimana de Laval, Andrew Seinet-Spaulding de McGill, le demi défensif Marc-Antoine Dequoy de Montréal et le receveur de passes James Tyrrell de Concordia.

Les joueurs de ligne offensive Samuel Lefebvre (Laval) et Pier-Olivier Lestage (Montréal), le porteur de ballon Félix Garand-Gauthier (Laval), le receveur de passe Kevin Kaya (Montréal), l’ailier défensif Samuel Rossi (Montréal), le secondeur Brian Harelimana (Montréal) et le botteur Louis Tardif (Sherbrooke) ont quant à eux été choisis sur la deuxième équipe d’étoiles.