(Baltimore) Deshaun Watson n’a pas pu courir, n’a pas pu se cacher et n’a pas réussi à suivre la cadence imposée par l’autre quart sur le terrain, Lamar Jackson.

David Ginsburg
Associated Press

L’élusif et talentueux quart des Ravens de Baltimore a lancé quatre passes de touché et ajouté des gains de 86 verges par la course pour mener sa troupe vers un sixième gain consécutif, 41-7 face aux Texans de Houston dimanche après-midi.

PHOTO TOMMY GILLIGAN, USA TODAY SPORTS

Lamar Jackson (8) porte le ballon à travers la défense des Texans

Le match était perçu comme un rendez-vous entre deux équipes en tête de leur section respective dans l’Association américaine, et aussi entre deux des quarts les plus polyvalents dans la NFL.

Jackson et la défensive l’ont transformé en duel à sens unique, de sorte que les Ravens (8-2) affichent maintenant leur plus longue séquence de succès depuis une série de sept victoires en 2000, saison de leur premier triomphe au Super Bowl.

« Chaque fois que ta fiche est de 8-2, c’est que tu fais partie d’un groupe de joueurs spécial, a mentionné le porteur de ballon des Ravens, Mark Ingram. Notre objectif est de devenir champions. »

Après avoir complété ses trois premières passes de touché de la journée, qui procuraient aux Ravens une avance de 21-0 au troisième quart, Jackson a enchaîné avec son jeu le plus impressionnant de la journée : une course de 39 verges lors de laquelle il s’est défait de six plaqueurs et naviguant à travers la ligne tertiaire des Texans comme s’il défiait ses rivaux de venir lui enlever le ballon.

« C’était remarquable. Même incroyable, a exprimé l’entraîneur-chef des Ravens, John Harbaugh, à propos de Jackson. Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant, sauf la semaine dernière (quand il avait réussi une spectaculaire course de 47 verges pour un touché) ».

PHOTO GAIL BURTON, AP

Deshaun Watson

De l’autre côté du terrain, Watson a passé tout le match à se tirer d’embarras face à une défensive qui a utilisé une variété de blitz et de schémas tactiques. Les Ravens ont réalisé sept sacs du quart — six contre Watson — ont provoqué deux revirements et limité un quart habituellement habile sur ses pieds à seulement 12 verges de gains, en trois courses.

« D’avoir été en mesure de contenir Deshaun Watson, ça prouve qu’il s’agissait d’un effort d’équipe, a ajouté Harbaugh. La défensive a fait un bon travail et elle a été disciplinée pour attaquer les lignes de course. »

Watson a complété le match avec 18 passes complétées en 29 tentatives pour des gains de 169 verges, avec un échappé et une interception. Les Texans (6-4) accusaient un recul de 34-0 lorsque Carlos Hyde a réussi un touché sur une course de 41 verges, avec 7 : 10 à jouer au match.

Par la suite, Jackson est demeuré sur les lignes de côté. Avec Robert Griffin III au poste de quart, Gus Edwards a parcouru 63 verges pour le dernier touché du match, avec 4 : 10 au cadran.

Et après ce jeu, Watson est à son tour demeuré sur les lignes de côté.

« Ça ne s’est pas bien déroulé pour nous. Ils ont exécuté les jeux et nous ne l’avons pas fait. C’est tout », a analysé froidement Watson.

Jackson a tenté 24 passes et en a complété 17, pour des gains de 222 verges. Après avoir raté cinq de ses six premières tentatives, il en a complété 13 de suite pour mettre le match hors de portée.

Ingram a capté des passes de touché de 25 et 12 verges en deuxième demie, après des majeurs de Seth Roberts et Mark Andrews avant la fin de la première demie.

Jusqu’à maintenant cette saison, Jackson a réussi 19 passes de touché, a été victime de cinq interceptions et a accumulé l’impressionnant total de 788 verges par la course.

Les Texans avaient gagné quatre de leurs cinq matchs précédents avant leur congé obligatoire la semaine dernière. Le repos additionnel n’a rien apporté de positif face à une formation de qualité, qui a battu les Seahawks de Seattle et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pendant leur impressionnante séquence de succès.

Pour la première fois cette saison, les Texans ont été blanchis pendant la première demie, récoltant seulement 102 verges à l’attaque et concédant quatre sacs du quart, en route vers un déficit de 14-0.

Watson a été victime d’un échappé lors de la première série à l’attaque des Texans. Toutefois, la tentative de placement de 43 verges de Justin Tucker a frappé la tige verticale droite, pour un premier raté en 23 tentatives depuis l’an dernier.

Plus tard au premier quart, les Ravens ont été incapables d’inscrire un premier essai sur une feinte de placement.

Jackson a trouvé son rythme à partir de la troisième série offensive des Ravens. Il a orchestré des poussées de 90 verges et de 70 verges pour des touchés.