(Los Angeles) Les équipes de la Ligue nationale de football ont été invitées à assister, samedi à Atlanta, à une séance d’entraînement privée de Colin Kaepernick, organisée par la NFL, a annoncé mardi l’ex-quart de San Francisco, qui cherche un club depuis trois ans.

Agence France-Presse

« Je viens d’apprendre par mes représentants que la NFL les a contacté à propos d’un entraînement à Atlanta samedi », a tweeté mardi Kaepernick, confirmant une information révélée par ESPN.  

« Je suis en forme et prêt pour cela depuis trois ans. J’ai hâte de voir les entraîneurs et les managers généraux des clubs samedi », a-t-il ajouté.  

Kaepernick n’a plus joué depuis avoir mis fin à son contrat avec les 49ers à l’issue de la saison 2016-2017, juste après avoir lancé un mouvement de boycottage de l’hymne américain, en signe de protestation contre les violences policières visant les Noirs.

Âgé de 32 ans, celui qui a mené San Francisco au Super Bowl en 2013, a depuis cette grosse controverse été ignoré par les franchises. Et en 2017, il a déposé un grief contre la NFL, estimant qu’il se voyait refuser injustement un emploi, mais a finalement trouvé un arrangement à l’amiable avec l’instance en février.

ESPN a rapporté mardi que les équipes avaient reçu une note de service les invitant à aller observer Kaepernick et à lui faire passer une entrevue, samedi à Atlanta.  

Plusieurs clubs ont voulu savoir si Kaepernick était prêt à jouer, a en outre affirmé le média américain.  

« Plus tôt cette année, nous avons discuté avec ses représentants. Ils ont récemment mis l’accent sur son niveau de préparation et sur le fait qu’il est prêt à s’entraîner pour les clubs et à être auditionné par eux », a indiqué ESPN, citant le mémo.  

« Nous avons donc organisé cette séance pour qu’il puisse s’entraîner et pour que tous les clubs puissent évaluer son état de préparation actuel et son degré d’envie de reprendre sa carrière en NFL. »

Les protestations de Kaepernick ont déclenché une tempête politique en 2017, lorsque le président américain Donald Trump a traité les joueurs agenouillés lors de l’hymne américain de « fils de pute » qui devraient être limogés.