(Toronto) Le demi-offensif des Blue Bombers de Winnipeg Andrew Harris a été suspendu pour deux matchs après qu’il eut testé positif à une substance interdite lors d’un test antidopage, a révélé la Ligue canadienne de football lundi.

La Presse canadienne

Harris a été épinglé pour avoir consommé de la méthandrosténolone, un stéroïde anabolisant qui est soi-disant responsable de la synthèse rapide des protéines dans le corps, en favorisant la rétention de l’azote. Cette substance serait surtout utilisée de manière illégale par des culturistes et des haltérophiles.

Il a été suspendu en vertu de la politique antidopage de la LCF et de l’Association des joueurs de la LCF, qui prévoit qu’un joueur qui obtient un résultat positif pour l’utilisation d’une substance interdite fera face à une suspension de deux matchs advenant une première violation. La suspension passe à neuf matchs pour une deuxième violation et à un an pour une troisième violation. Une suspension à vie est imposée après une quatrième violation.

La politique prévoit qu’un joueur ne peut pas participer aux matchs de la saison régulière ou des éliminatoires. La décision de lui permettre de participer aux autres activités d’équipe, comme les séances d’entraînement ou les rencontres de préparation, relève du club.

Tout joueur qui enfreint les règles antidopage est sujet à des contrôles obligatoires, en plus de devoir se soumettre à un examen médical ainsi qu’à une évaluation qui déterminera s’il a besoin de soutien supplémentaire.

En 10 matchs jusqu’ici cette saison, Harris a effectué 141 courses pour 908 verges de gains et trois touchés.

Le vétéran âgé de 32 ans, qui a pris part à 163 matchs en carrière dans la LCF, dispute sa quatrième saison avec les Blue Bombers. Il a commencé sa carrière dans la LCF avec les Lions de la Colombie-Britannique en 2010, et les a quittés pour se joindre au club manitobain après la campagne 2015.