(Florham Park) «Broadway Joe» reste la référence pour chaque quart qui prend une remise du centre pour les Jets de New York.

Dennis Waszak fils
Associated Press

Joe Namath est le visage de l’organisation, un personnage plus grand que nature, plus de 50 ans après avoir procuré à l’équipe sa première et unique victoire au Super Bowl.

Il aime ce qu’il a vu jusqu’à présent du quart Sam Darnold, qui entamera bientôt sa deuxième saison dans la NFL.

«J’aime ce qu’il dégage, a dit Namath, de passage au camp d’entraînement des Jets. Nous ne sommes pas allés dîner ensemble ou autre chose du genre, mais les quelques fois où je me suis entretenu avec lui, c’était bien plaisant.

«Il est humble et respectueux. Physiquement, il peut se débrouiller aussi bien que quiconque. Il doit juste continuer à se peaufiner, et l’équipe aussi doit se peaufiner.»

Au fil des décennies, une longue série de quarts ont échoué à s’approcher des jours de gloire de Namath.

Richard Todd, Ken O’Brien, Chad Pennington, Mark Sanchez, Geno Smith et tant d’autres ont été comparés à Namath, un lourd fardeau. Namath a suivi la majorité de leurs parcours, mais il ne va pas les prendre en pitié.

«Comme athlète, c’est un point de départ crucial que de surmonter la pitié envers vous-même ou quelqu’un d’autre, a dit le membre du Panthéon. Vous leur souhaitez le meilleur. Quand ça ne fonctionne pas, vous devez corriger les choses.

«S’il y a à être désolés, c’est envers les partisans des Jets. Ils ont été sacrément bons au fil des ans. Ils ont soutenu l’équipe et nous n’avons pas souvent atteint les éliminatoires.»

Les Jets n’ont pas réussi à participer aux éliminatoires depuis janvier 2011.

L’équipe a fait le ménage pendant la saison morte, limogeant l’entraîneur Todd Bowles et le directeur général Mike Maccagnan, pour les remplacer par Adam Gase et Joe Douglas.

Namath vit dans le sud-est de la Floride. Il a vu Gase à l’œuvre en trois saisons comme entraîneur des Dolphins avant qu’il soit remercié, au terme de la saison dernière.

«C’est encourageant de voir la transition qu’il a menée avec les Dolphins, a dit Namath. J’ai aimé son style. Je suis enthousiasmé à l’idée que Sam et l’attaque soit dirigés par ce gars-là, qui s’y connaît en football offensif. Ça demande aussi de bien connaître les défenses, et c’est le cas avec lui.»