Alors que tout indique que les frères Jeffrey et Peter Lenkov semblent sur le point d’acquérir les Alouettes de Montréal, l’ex-footballeur Éric Lapointe ne s’explique pas l’enthousiasme de la Ligue canadienne devant ce groupe d’acheteurs potentiels.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Lui-même à la tête d’un groupe qui a tenté de devenir propriétaire de l’équipe le printemps dernier, Lapointe affirme avoir été approché par les Lenkov dès le mois d’avril.

Des échanges de courriels ont mené à des entretiens téléphoniques. Mais selon lui, ces discussions avec eux ont été tout sauf productives.

« Ils n’ont aucune connaissance de la Ligue canadienne », lance au bout du fil l’athlète devenu gestionnaire de patrimoine.

PHOTO HUGH WILLIAMS, ATTORNEY AT LAW MAGAZINE

Jeffrey Lenkov, originaire de Laval, est un avocat spécialisé en litige et s’est spécialisé dans le droit du divertissement et du sport au sein du cabinet Manning & Kass.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Peter Lenkov, âgé de 55 ans et originaire de Laval, est producteur et scénariste à Hollywood.

La Presse a publié hier une entrevue avec Jeffrey Lenkov dans laquelle l’avocat établi à Los Angeles expliquait que les Alouettes étaient une partie intégrante de ses souvenirs d’enfance à Laval. Selon lui, il a toujours continué à suivre les activités des Oiseaux, à l’instar de son frère Peter, producteur et scénariste à Hollywood. Le duo pilote aujourd’hui un groupe impliqué dans des discussions exclusives avec la Ligue canadienne de football (LCF) pour mettre la main sur le club montréalais.

Conversation tendue

M. Lenkov a assuré à La Presse qu’il s’était entouré de « personnes expérimentées qui savent comment opérer une franchise sportive », mais n’a pas précisé quelle stratégie il comptait adopter pour renflouer les coffres d’une équipe abandonnée par bien des partisans.

Au début du mois de juin, une conversation téléphonique avec les Lenkov a toutefois laissé Éric Lapointe sans voix.

« On s’est parlé jusqu’à 1 h du matin avec une firme d’investissement, on était deux sur l’appel de mon côté, on essayait de les faire parler de leur plan, mais ils n’avaient rien… Quand je dis pas de plan, c’est zéro plan », lance l’ancien demi offensif.

Ils faisaient du name-dropping, ils ont même lancé le nom de Céline Dion dans la conversation. Je n’entendais rien qui ramènerait du monde dans les gradins.

Éric Lapointe

Jeffrey Lenkov l’aurait alors invité à assister au match inaugural des Alouettes à Edmonton le 14 juin dernier. Mais Lapointe a décliné.

« Je ne voyais pas ce que j’irais faire là. Pourquoi poursuivre une conversation qui ne va nulle part ? », se demande-t-il.

L’entrepreneur Clifford Starke était lui aussi sur les rangs pour acquérir les Alouettes. Son offre n’a toutefois pas été retenue par la LCF. Quelle ne fut donc pas sa surprise lorsque les Lenkov sont entrés en communication avec lui pour l’inclure dans leur groupe d’investisseurs.

« Ça a duré 5 minutes, je ne comprenais même pas pourquoi on se parlait, a dit Starke à La Presse. Je voulais être actionnaire majoritaire, point. »

Dans un courriel adressé à La Presse, la LCF a fait valoir que « tous les individus ou groupes qui ont fait parvenir des lettres d’intention [pour acheter les Alouettes] auraient été de bons propriétaires et de bons partenaires pour la ligue ». « Nous avons évalué leurs offres suivant une série de critères », poursuit-on, sans définir ces critères, et « avons déterminé que la meilleure offre était celle du groupe avec lequel nous travaillons aujourd’hui ».

Lapointe y croit encore

Dégoûtés par un processus de vente qu’ils jugeaient biaisé à la faveur des Lenkov, les acheteurs potentiels Vincent Guzzo et Clifford Starke ont affirmé qu’ils n’avaient plus aucune envie d’acquérir les Alouettes.

Éric Lapointe, lui, ne voit pas les choses du même œil. Il continue d’espérer que la LCF rompra l’exclusivité des frères Lenkov.

« La logique me dit que je devrais oublier ça, mais j’ai tendance à être illogique parfois », dit-il.

Il y a tellement de belles choses à faire avec cette équipe-là.

Éric Lapointe

Lapointe s’est joint aux Alouettes en 2001 comme joueur autonome. Il a raccroché ses crampons en 2006, mais est demeuré ambassadeur du club depuis.

« Je vois les choses aujourd’hui de la même manière qu’il y a 18 ans. Je garde l’envie de faire quelque chose d’exceptionnel avec l’équipe et les gens de la province. »

Jeffrey et Peter Lenkov assisteront au match aujourd’hui entre les Eskimos d’Edmonton et les Alouettes au stade Percival-Molson. Le duo est toujours au cœur d’un processus d’examen des finances et des opérations de l’équipe, en chemin vers une transaction avec la LCF.