Tanner Marsh a fait écarquiller bien des yeux à son premier départ en carrière dans la Ligue canadienne, la semaine dernière. Mais il y en a un autre dans le vestiaire des Alouettes qui, de plus en plus, fait sa marque au sein de l'équipe.

Jean-Philippe Arcand LA PRESSE

L'ailier défensif Aaron Lavarias accomplit en effet du bien bon boulot depuis que les Oiseaux l'ont inséré dans la formation partante en défense. En plus d'avoir réussi 17 plaqués, il a désormais 4 sacs à son actif, ce qui le classe au deuxième rang de l'équipe sur ce plan, à égalité avec John Bowman. On le voit aussi évoluer au sein des unités spéciales

«Je suis juste content de pouvoir contribuer, peu importe dans quel rôle. J'ai l'occasion de jouer un peu plus maintenant que je suis dans la formation partante, et c'est toujours agréable de pouvoir aider l'équipe sur le terrain», a indiqué le joueur de 25 ans au terme de l'entraînement, hier.

L'Américain de 6'3" et 250 lb, originaire de l'État de Washington, bénéficie ainsi du départ du vétéran Ejiro Kuale, libéré par les Alouettes plus tôt ce mois-ci.

«C'est un bon joueur et il était un bon coéquipier, a souligné Lavarias. Mais j'essaie de ne pas me préoccuper des raisons qui font que les choses se produisent. J'essaie seulement d'être le meilleur joueur de football possible.»

Très humble devant l'occasion qui se présente à lui, l'ancien porte-couleurs des Patriots de la Nouvelle-Angleterre demeure conscient qu'il doit continuer de fournir les efforts nécessaires s'il veut garder sa place dans la formation.

«Je veux améliorer chaque aspect de mon jeu, a-t-il insisté. Je suis encore loin d'être le joueur que je veux être et que je pense pouvoir être. Connaître mes responsabilités en défense de même que l'exécution de mon jeu, ce sont deux choses qui doivent être meilleures.»

Encensé par Popp

S'il y en a un qui n'est pas surpris de voir Lavarias connaître du succès, c'est bien l'entraîneur-chef et directeur général des Als, Jim Popp. Il s'est montré très élogieux à l'endroit de son jeune joueur, hier après-midi.

«J'adore son élan. C'est un joueur extrêmement intelligent. C'est un gars que j'ai personnellement observé beaucoup au moment où il était dans la NFL avec les Patriots. Je sentais que si jamais il devenait disponible, on pourrait l'amener ici, qu'il aurait une vraie chance», a expliqué Popp.

C'est ce que Popp a fait à la fin de la saison dernière, après que les Pats eurent libéré Lavarias.

«Je pense que mon séjour avec la Nouvelle-Angleterre m'a été très bénéfique. J'ai vraiment apprécié mon expérience. Ils m'ont enseigné ce que c'était, d'être un joueur de football professionnel», a souligné Lavarias.

«Parfois, dans la NFL, ça dépend simplement de la profondeur de la formation, a renchéri Popp. Des joueurs n'ont pas la chance de jouer parce qu'il y a trop de bons joueurs devant eux.

«Les gens ne veulent pas entendre ça, surtout si ce sont des fans de la NFL ou s'ils se foutent de la LCF mais c'est la vérité : il y a des joueurs qui jouent dans la LCF qui sont meilleurs que ceux de la NFL. Vous pouvez ne pas y croire, mais c'est la vérité.»

Calvillo toujours sur la touche

Par ailleurs, l'entraîneur-chef a fait savoir qu'il était peu probable qu'Anthony Calvillo soit à son poste pour le match de mardi contre les Argonauts, à Toronto.

«Je ne m'y attends pas. Il sera là à l'entraînement demain [aujourd'hui], nous allons en discuter et nous verrons à ce moment-là», a dit Popp, qui n'a pas non plus voulu confirmer si Tanner Marsh obtiendrait un premier départ dans la LCF.

À l'inverse, tout indique que le demi Brandon Whitaker sera sur le terrain à Toronto. Le cas du bloqueur Josh Bourke et celui du secondeur Kyries Hebert, leur cas sera réévalué au jour le jour.

Enfin, il serait possible de voir Jerod Zaleski remplacer Patrick Lavoie à titre de spécialiste des longues remises. Le centrearrière recrue a reçu hier quelques leçons de la part de Martin Bédard, qui soigne toujours une blessure à une épaule.