Les Alouettes se targuent souvent d'être une équipe qui n'accepte pas la défaite. Jeudi, ils ont prouvé que ce n'était pas du blabla.

Mis à jour le 2 août 2013
MIGUEL BUJOLD LA PRESSE

Après seulement cinq matchs à la barre de l'équipe et moins de six mois après avoir été embauché, Dan Hawkins s'est fait montrer la porte de sortie. C'est le directeur général, Jim Popp, qui le remplacera.

«On a jugé que certaines choses ne s'amélioraient pas aussi rapidement qu'on le souhaitait. Notre équipe en est une de vétérans, et on veut obtenir des résultats dans l'immédiat», a expliqué Popp.

L'organisation aurait décidé de remercier Hawkins, mercredi soir. L'équipe avait remporté son dernier match, le 26 juillet, mais ce fut insuffisant pour convaincre le propriétaire Robert Wetenhall et Popp d'opter pour le statu quo.

«On aurait pu patienter quelques autres semaines afin de voir si les choses s'amélioreraient, mais comme notre propriétaire l'a dit, il faut parfois prendre des chances. Et c'est ce qu'on a décidé de faire en prenant cette décision», a dit Popp.

Selon le DG, plusieurs facteurs ont mené au congédiement de Hawkins. «J'ai reçu certaines informations de différentes personnes au sujet de comment les choses se déroulaient, autant sur le terrain qu'à l'extérieur», a-t-il indiqué.

Le coordonnateur offensif, Mike Miller, n'a pas subi le même sort que Hawkins, mais a tout de même subi une rétrogradation. Doug Berry sera dorénavant le responsable de l'attaque, lui dont le titre était de consultant senior à l'entraîneur-chef.

S'il accepte de rester avec l'équipe - ce qui n'avait toujours pas été confirmé jeudi soir -, Miller aura un rôle plus effacé.

«Je lui ai très bien expliqué de quelle façon on voulait procéder à l'avenir. On aimerait que Mike reste dans l'organisation dans un rôle moins important, un dans lequel il pourrait continuer de se familiariser avec la LCF», a dit Popp.

Inexpérience et entêtement

Si Hawkins se retrouve au chômage, c'est entre autres parce qu'il a tenu à faire les choses à sa manière en dépit de son inexpérience dans la LCF et au football professionnel.

«On veut donner un peu de liberté à un nouvel entraîneur, mais si sa façon de fonctionner irrite trop de gens et que les résultats ne sont pas au rendez-vous, il y a de la négativité qui s'installe», a précisé Popp, qui a reconnu qu'il avait commis une erreur en embauchant un entraîneur qui n'avait jamais été à l'emploi d'une équipe professionnelle.

«Avec le recul, ce fut un facteur. La transition n'a pas été facile. On a fait ce qu'on a pu afin qu'elle le soit, notamment en embauchant des adjoints qui possédaient de l'expérience, mais la transition ne s'est pas bien déroulée. On peut dire que c'était une erreur, mais on voulait donner la chance à quelqu'un qui n'avait jamais été un entraîneur-chef dans cette ligue.»

Hawkins a ignoré des suggestions de Popp, des autres entraîneurs de l'équipe, et de ses joueurs. Une attitude qui a évidemment déplu à bien des gens.

«Je lui ai conseillé dès le départ de changer le moins de choses possible, car notre formule était éprouvée et fonctionnait. On voulait que ce soit les entraîneurs qui s'adaptent aux joueurs et non l'inverse, mais ce n'est pas ce qui s'est produit», a résumé Popp.

Pour combien de temps ?

Un peu moins de six ans après avoir cédé le poste, Popp redevient donc l'entraîneur-chef des Oiseaux. Le directeur général a cependant dit que c'était une situation temporaire. «Il y aura éventuellement un nouvel entraîneur-chef, c'est notre plan.»

«On veut s'assurer que les choses se déroulent comme cette organisation est habituée de les voir se dérouler. Puis ça me donnera l'occasion de mieux évaluer nos entraîneurs actuels», a ajouté Popp.

«Bob (Wetenhall) et moi avons analysé tous les scénarios possibles. Mais c'est son équipe et je lui suis très redevable. J'aime cet homme, et je vais toujours faire ce qui est le mieux pour lui et cette organisation», a déclaré Popp, qui ne tenait pas à revenir sur les lignes de côté.

«Mon objectif n'était pas de redevenir l'entraîneur-chef. Au contraire, j'essayais d'arranger les choses afin qu'on ne soit pas obligé d'effectuer des changements. Mais au final, c'était la meilleure décision pour l'équipe.»