Lorsqu'il est question des différentes luttes pour des postes au camp d'entraînement des Alouettes, on parle presque toujours de l'attaque et de la défense. Pourtant, c'est dans les unités spéciales que la majorité des nouveaux joueurs doivent d'abord se distinguer.

Miguel Bujold LA PRESSE

«Les jeunes qui tentent d'obtenir un poste doivent normalement faire leur marque dans les unités spéciales. C'est ce que j'ai vécu, et même à ma troisième saison, je suis encore dans la même situation», a expliqué Marc-Olivier Brouillette.

Bonne nouvelle pour les nouveaux venus du club, plusieurs joueurs-clés des unités spéciales ont quitté l'équipe l'hiver dernier. Ainsi, six des huit joueurs qui ont amassé le plus de plaqués dans les unités spéciales des Oiseaux en 2011 ne sont plus avec l'équipe.

Walter Spencer, Kitwana Jones, Michael Giffin, Ramon Guzman, Greg Laybourn et Paul Woldu ont totalisé 68 plaqués en couverture de bottés, l'an dernier. Spencer (19 plaqués) et Jones (17) ont terminé la saison respectivement aux septième et huitième rangs de la LCF. La question est donc légitime: quels joueurs prendront la relève?

«Il y a deux façons d'analyser la situation lorsqu'on perd des joueurs importants. On peut se dire que leur départ va créer un vide, ou encore qu'il y a de nouveaux joueurs qui auront l'occasion de se faire un nom», a noté Étienne Boulay.

Au centre des unités spéciales, il y a bien sûr Sean Whyte. Le botteur craint-il que les unités de couverture de botté connaissent des ennuis en raison du départ de certains joueurs? Pas du tout. Au contraire, Whyte est très impressionné par l'enthousiasme affiché par les joueurs qui devront remplacer les Spencer, Jones et compagnie.

«Prenez un joueur comme Kyries Hebert. Il reste ici après les entraînements afin de travailler dans les unités spéciales. Il me dit qu'il va multiplier les plaqués si je place mes bottés de dégagement à tel ou tel endroit», a-t-il raconté.

Hebert est un vétéran de 31 ans qui s'est joint aux Alouettes le mois dernier. Le maraudeur roule sa bosse dans la LCF et la NFL depuis 2004. Qu'il soit disposé à contribuer aux unités spéciales est donc un bon signe pour l'équipe. Ça ne passe sûrement pas inaperçu auprès des jeunes joueurs de l'équipe.

«On possède plusieurs joueurs qui veulent améliorer leur jeu dans les unités spéciales, et c'est plutôt rare. C'est vraiment un privilège de pouvoir compter sur des joueurs qui accordent une telle importance aux unités spéciales», a souligné Whyte.

Bien qu'il ait connu une très bonne première saison avec les Als, Whyte avoue qu'il se sent nettement plus à l'aise qu'à pareille date l'an dernier.

«Mes coéquipiers et les entraîneurs ont confiance en moi, donc je suis beaucoup plus calme. L'année dernière, j'étais le petit nouveau. Je ne connaissais presque personne dans l'équipe, et je n'avais aucune idée de la façon dont les choses fonctionnaient ici. Je sais maintenant à quoi m'attendre et ça fait une grande différence.»

Plusieurs vétérans, dont Anthony Calvillo, ne participeront pas au match préparatoire de ce soir au stade Percival-Molson (19h30). Et les réguliers qui affronteront les Blue Bombers de Winnipeg ne joueront que quelques séries. La soirée servira surtout à départager ceux qui aspirent à un poste avec l'équipe.

«Tous les joueurs passeront en quelque sorte une entrevue individuelle à l'intérieur d'un travail collectif. Ils tenteront de mériter une place dans l'équipe et auront l'occasion de le faire. Aucun d'eux ne serait en uniforme si on jugeait qu'il n'avait aucune chance de réussir», a résumé Marc Trestman.