Les discussions entre le gouvernement du Québec, Montréal et l'organisation de la Formule 1 pour la tenue du Grand prix de Montréal se déroulent bien, et le ministre du Tourisme Pascal Bérubé est confiant d'en arriver à une entente pour les dix prochaines années.

Mis à jour le 29 nov. 2012
Denis Lessard LA PRESSE

Jeudi, le ministre Bérubé mettait un sérieux bémols aux reportages indiquant que de nouvelles demandes de Bernie Ecclestone mettent en péril l'entente conclue le printemps dernier entre Québec et la l'organisation internationale.

«Ca va bien, on a confiance de pouvoir signer pour dix ans» dira le ministre Bérubé, ajoutant que rien n'était «réglé» pour l'instant.

La F1 a de nouvelles exigences pour l'aménagement du site, l'intallation d'un hôpital temporaire pour stabiliser les victimes d'accidents éventuels et une tour de contrôle. Pour le ministre Bérubé ce sont là des exigences que la F1 formule à l'ensemble des circuits à travers le monde. «C'est tellement un événement d'envergure qu'il est clair que notre priorité est d'arriver à une entente responsable» a-t-il dit.

Surtout, il insistait sur le fait qu'en dépit des déclarations du ministre libéral des Finances, Raymond Bachand, aucune entente formelle n'avait été signée avec Montréal et M. Ecclestone.