Red Bull, brièvement titillée vendredi par McLaren lors des essais libres, a remis les pendules à l'heure samedi en monopolisant la première ligne du Grand Prix de Chine de F1, avec Sebastian Vettel en pole et Mark Webber juste derrière.

Joris Fioriti AGENCE FRANCE-PRESSE

L'écurie britannique est reine dans l'exercice du tour chronométré. Pas une fois elle n'a cédé la pole position à une autre formation cette saison. Mark Webber se l'est adjugée une fois. Vettel en est désormais à sa troisième.

 

«C'est la quatrième pole consécutive pour Red Bull. Nous prouvons que nous avons une voiture rapide. Cela semble indépendant du type de circuit. On est toujours capable d'être en haut. Grâce au travail de l'équipe, c'est encore le cas» samedi, s'est réjoui Vettel.

 

L'Allemand, qui se voyait pas à si belle place après les trois séances d'essais libres, s'est dit «extrêmement heureux».

 

Samedi matin, «je n'étais pas content de ma voiture. Je me battais dans plusieurs virages. Mais les mécaniciens ont travaillé à fond entre les essais et les qualifications. Ils n'ont pas mangé. Mais la voiture était prête juste à temps. Et ça a marché», s'est-il réjoui.

 

Le succès est total pour Red Bull, Webber l'accompagnant en première ligne. «C'était encore une bonne bataille entre nous deux. +Seb+ a fait un super tour. Je suis assez heureux du mien. Je suis très proche», a commenté l'Australien, qui, comme souvent, aurait aimé finir «un peu au-dessus» de son partenaire.

 

«Nous nous sommes encore appropriés le premier rang de la grille», a ajouté Webber, qui a trouvé cette position «méritée» après la semaine «solide» de son écurie.

 

Pluie déterminante

Premier des poursuivants, Fernando Alonso, troisième au départ pour la troisième fois de la saison, a avoué les limites de sa Ferrari.

 

«C'est le maximum que nous pouvons faire vu notre potentiel en qualifications. Nous nous sentons un peu mieux en rythme de course, avec plus d'essence dans la voiture et des relais plus longs», a réagi l'Espagnol.

 

Derrière lui, Nico Rosberg, sur Mercedes, a qualifié de «belle surprise» sa quatrième place. «Nous ne pensions pas que nous serions si haut sur la grille vu comme nous luttions samedi matin aux essais libres par rapport aux McLaren», a jugé le pilote Mercedes.

 

C'est d'ailleurs la douche froide pour l'écurie britannique, si rapide aux trois séances d'essais libres. Lewis Hamilton, 6e, a concédé être «un peu déçu». «Nous voulions la pole et pensions pouvoir la prendre. Je ne sais pas ce qui s'est passé en Q3», la troisième partie, décisive, des qualifications, a-t-il regretté.

 

Son partenaire Jenson Button, 5e, a plutôt insisté sur le fait qu'il allait «pleuvoir dimanche. Et les réglages que nous avons devraient être assez bons dans des conditions mouillées».

 

«Mais la question est de savoir quand il pleuvra. La course sera-t-elle mouillée avec un départ mouillé, ou un départ sur le sec puis de la pluie?», s'est interrogé Vettel, vainqueur du GP de Chine 2009 sur une piste détrempée.

 

«Le GP sera déterminé par le temps», au vu de l'incertitude météorologique, a tranché Alonso, ajoutant : «dans ce type de course, tout le monde peut gagner».

 

Au grand bonheur des fans de Michael Schumacher qui n'a pu faire mieux que le 9e temps. Une victoire de +Schumi+ à Shanghai, terre de son dernier succès, ferait chavirer les coeurs chinois, qui lui sont tout acquis.