(Paris) En prenant le volant d’une monoplace Haas en F1 en 2021, l’Allemand Mick Schumacher succède à son illustre père Michael, sept fois champion du monde.

Agence France-Presse

Le jeune Schumacher inscrit son patronyme dans une lignée de dynasties célèbres en Formule 1.

Gilles et Jacques Villeneuve

Lui a dépassé le père : après sa deuxième place en 1996, le Québécois Jacques Villeneuve s’offre son unique couronne en 1997, quinze ans après la mort tragique de son père Gilles.  

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Villeneuve père et fils, alors que Gilles Villeneuve est interviewé en compagnie de Jacques Villeneuve durant les années 1970.

Pilote populaire et spectaculaire, vice-champion du monde en 1979, Gilles Villeneuve comptait six victoires en Grand Prix avant son terrible accident à Zolder, lors des qualifications au GP de Belgique 1982. Le pilote Ferrari, qui remporta cette année-là le titre constructeur, avait 32 ans.

Graham et Damon Hill

Champions du monde de père en fils, les Hill ont marqué l’histoire de la F1. Après son père Graham en 1962 (BRM) et 1968 (Lotus), Damon devient en 1996 le premier pilote à imiter son père au palmarès de la catégorie reine. Cette année-là, avec sa Williams, il avait dépassé un autre « fils de », son coéquipier le Canadien Jacques Villeneuve, et un désormais « père de », Michael Schumacher.

PHOTOMONTAGE PIERRE VERDY, AFP

Damon Hill en 1999 et son père Graham Hill en 1962.

Au-delà de la F1, Graham Hill a offert au sport automobile la récompense honorifique de la « Triple Couronne », attribuée à tout vainqueur du Championnat du monde de F1 (ou du GP de Monaco), des 24 heures du Mans et des 500 Miles d’Indianapolis.  

Le Britannique avait gagné les 500 Miles en 1966 et les 24 Heures en 1972.

Keke et Nico Rosberg

Dans la catégorie champions de génération en génération, les Rosberg ont inscrit leur nom au côté des Hill. En 1982, Keke Rosberg (Williams) ne gagne qu’un seul Grand Prix, en Suisse. Mais peu importe, le Finlandais moustachu lorgne un plus gros prix : le titre mondial, qu’il remporte devant le Français Didier Pironi.

PHOTO ANDREJ ISAKOVIC, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Nico Rosberg et son père, Keke Rosberg.

Trente-quatre ans plus tard, en 2016, son fils Nico, né en Allemagne, l’imite avec Mercedes avant de quitter la F1. Depuis 2014, c’est le seul à avoir pu stopper l’hégémonie de son ancien coéquipier Lewis Hamilton, septuple champion du monde.

Jos et Max Verstappen

S’il n’est pas encore champion du monde, Max Verstappen fait déjà figure de pilote expérimenté. A 23 ans, le Néerlandais de Red Bull a déjà fait mieux que son père Jos, pilote F1 de 1994 à 2003.

Plus jeune vainqueur de GP de l’histoire à 18 ans 7 mois et 15 jours en Espagne en 2016, Max est également le pilote le plus jeune à avoir pris le départ d’un GP, à avoir marqué des points et à être monté sur un podium. Avec 117 courses, Max a couru plus de GP que son père Jos (107 départs), surnommé « The Boss » quand il courait malgré son absence de victoire.

Andretti, Piquet et les autres

Champion du monde de F1  1978 et vainqueur des 500 Miles d’Indianapolis 1969, l’Américain Mario Andretti est une légende du sport auto. Et ses descendants perpétuent son nom. Comme lui, son fils Michael a couru en F1 (13 GP en 1993) et a gagné le championnat Cart, devenu ChampCar puis IndyCar, dans lequel évolue… Marco Andretti, son petit-fils.

PHOTO MATT CAMPBELL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Mario Andretti (à droite), en compagnie de son fils Michael Andretti avant la course US 500 au circuit du Michigan, à Brooklyn, au Michigan le 24 mai 1996.

Bien d’autres dynasties existent dans le microcosme du sport mécanique, comme les Brabham, les Nakajima ou encore les Sainz. Mais comme pour les Brésiliens « Nelsinho », fils du champion du monde Nelson Piquet (1981, 1983, 1987), et Bruno Senna, neveu d’Ayrton (1988, 1990, 1991), il n’est pas toujours évident de prendre la roue.

En cette fin de saison 2020, un autre Brésilien suivra les traces d’un prestigieux ascendant : Pietro Fittipaldi remplace pour Haas Romain Grosjean, forfait, et rappellera au bon souvenir de son grand-père, double champion du monde (1972, 1974), Emerson Fittipaldi.

En attendant donc Mick Schumacher (21 ans) et, peut-être un jour, David Schumacher (19 ans), pilote de F3 et fils de Ralf, en F1 de 1997 à 2007.