Peugeot, 25 ans après la victoire d'Ari Vatanen dans une 405 T16, et Sébastien Loeb, neuf fois champion du monde des rallyes, seront les grands favoris dimanche de la mythique course de côte de Pikes Peak, 91e édition, avec en ligne de mire un record absolu.

Mis à jour le 12 juill. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

La Peugeot 208 T16 de Loeb, est inscrite dans la catégorie Unlimited. Et comme tout est permis, elle dispose de 875 chevaux pour 875 kilos, soit un rapport poids-puissance délirant, avec en prime un aileron de 908 victorieuse aux 24 Heures du Mans.

Tout au long des essais qui se sont déroulés depuis début juin, Loeb a semblé intouchable, sur le bas ou le haut du parcours, et le record absolu du Néo-Zélandais Rhys Millen, en 9 minutes et 46 secondes l'an dernier, ne tient plus qu'à un fil.

« J'ai bien attaqué et je me suis vraiment rapproché des limites. La confiance dans la voiture est toujours présente », disait Loeb mercredi, après avoir signé le meilleur temps des essais qualificatifs, sur la portion basse du tracé. Cela lui permettra de s'élancer le premier dimanche dans sa catégorie, sur le coup de 11h00 (heure locale).

Outre Rhys Millen, grand spécialiste de Pikes Peak, dans une Hyundai Genesis de 900 CV environ, le Français Romain Dumas, vainqueur des 24 Heures du Mans en 2010 et pilote Porsche en endurance, a une petite chance de créer la surprise, en cas de conditions météo un peu particulières. Il est venu avec un petit prototype Norma, de marque française, un moteur Honda, une bande d'amis... et des moyens financiers sans comparaison avec ceux de Peugeot Sport.

Autre outsider éventuel, le Français Jean-Philippe Dayraut, spécialiste des courses sur glace, pilotera une Mini à moteur Nissan de 900 CV, préparée près de Toulouse. Comme Dumas l'an dernier, il est déjà venu à Pikes Peak et a failli gagner, dès sa première tentative en 2011. Un quatrième Français sera engagé, Simon Pagenaud, pilote d'Indycar, dans un monospace Honda hybride.

L'autre intérêt de cette 91e édition viendra des « Véhicules électriques » ne pouvant pas prétendre à la victoire au général. Les constructeurs japonais ont mis le paquet, notamment Toyota et Mitsubishi, avec des prototypes aussi futuristes qu'efficaces. Il y aura aussi des motos, en lever de rideau.

Comme chaque année depuis 1916, le public américain sera gâté, mais il devra se lever tôt, ou coucher sur place, car la « course vers les nuages » débute toujours à l'aube, pour se terminer sur le coup de midi, quand le soleil est au zénith au-dessus de Pikes Peak.