(Chicago) Theo Epstein, architecte du triomphe si longtemps attendu des Cubs de Chicago, en 2016, se retire après neuf saisons comme président des opérations baseball de l’équipe.

Andrew Seligman
Associated Press

Les Cubs ont annoncé mardi qu’Epstein quitte l’organisation et que son remplaçant est Jed Hoyer, qui était le directeur général de l’équipe.

Au terme de la saison, Epstein avait dit qu’il comptait rester en poste au moins un an de plus, son contrat expirant en 2021.

Il a souvent mentionné que les dirigeants ont une durée utile de 10 ans, à peu de choses près.

Via un communiqué, Epstein a dit chérir le temps passé avec les Cubs, mais que le temps est simplement venu de passer à autre chose.

« Cet hiver, les Cubs font face à plusieurs décisions ayant des conséquences à long terme ; il convient davantage qu’elles soient prises par quelqu’un qui sera ici pour longtemps, a-t-il écrit.

« Jed a mérité cette opportunité. Il est tout à fait la bonne personne pour prendre en charge les opérations baseball. »

Le chef de la direction des Cubs, Tom Ricketts, a dit que le club est « reconnaissant envers tout ce qu’il a fait pour l’organisation et la ville de Chicago. »

Âgé de 46 ans, Epstein a bâti avec Boston des formations qui ont remporté la Série mondiale en 2004 et 2007.

À son arrivée dans la Ville des vents, en 2011, il a remodelé les filiales, le recrutement et le recours aux nouvelles statistiques, pavant la voie à une période faste pour les Cubs.

En 2016, les Cubs ont tout raflé, mettant fin à une disette remontant à 1908.

Cette année, Chicago a mérité un titre de section, mais l’équipe a été balayée au premier tour, par Miami.

Avec des joueurs ayant grandi dans leur réseau tels Kris Bryant et Javier Baez, des transactions futées amenant entre autres Anthony Rizzo et Jake Arrieta, l’embauche de Jon Lester et de Joe Maddon, les Cubs ont pris la voie du succès.

Depuis 2015, les Cubs comptent 505 gains en saison régulière ; seuls les Dodgers et les Astros en ont plus, avec 528 et 510.