(Toronto) Tandis que les Blue Jays attendent de savoir s’ils pourront jouer à Toronto après leur camp estival, leur joueur d’avant-champ Travis Shaw a exprimé ses inquiétudes au sujet de la période que les joueurs devront passer dans la bulle installée au Rogers Centre et son hôtel adjacent.

Gregory Strong
La Presse canadienne

Shaw a répliqué ce matin à un tweet du reporter de TSN Scott Mitchell, qui a indiqué que plusieurs sources lui ont révélé que les joueurs s’exposaient à une amende de 750 000 $ CAN et une peine possible d’emprisonnement s’ils étaient vus à l’extérieur du stade, les sanctions maximales prévues à la Loi sur la mise en quarantaine.

« On nous avait parlé de deux semaines… pas tout l’été… tout l’été, c’est un peu trop », a écrit Shaw.

Shaw a ajouté deux autres réponses sur Twitter, qui ont plus tard été effacées.

« 1) Je veux être clair. Nous étions d’accord avec DEUX semaines de quarantaine. J’ai payé pour un condo qui se trouve à un pâté de maisons du stade et que je ne peux utiliser. En aucun moment je souhaite mettre à risque la santé de la population. Mais est-ce mal de vouloir vivre dans un endroit que j’ai payé ? »

Il a ajouté : « 2) De pouvoir prendre une marche (AVEC UN MASQUE) afin de prendre l’air, d’aller chercher de la nourriture (pas la manger sur place). Nous ne voulons pas faire la fête, visiter les terrasses, sortir le soir ou quoi que ce soit du genre. La santé publique est la priorité. »

Le lanceur des Mets de New York et ex-Blue Jay Marcus Stroman a aussi répondu au tweet de Mitchell.

« C’est absolument ridicule. Les gars vont se déguiser pour sortir. »

Les Blue Jays, qui ont annoncé vendredi qu’ils disputeront deux matchs préparatoires au domicile des Red Sox de Boston, les 21 et 22 juillet, ont obtenu une permission spéciale du gouvernement et des autorités sanitaires afin d’amorcer leur camp estival dans leur domicile. Une décision en ce qui a trait aux matchs de la saison 2020 sera prise dans les prochains jours.

La saison locale des Jays doit commencer le 29 juillet, contre les Nationals de Washington. S’ils ne peuvent jouer au Rogers Centre, ils joueront fort probablement au TD Ballpark de Dunedin, en Floride, où se trouve leur complexe printanier. Ce plan B n’est toutefois pas encore confirmé.

Par courriel, le club a confirmé qu’avant d’arriver à Toronto, les joueurs ont compris quelles étaient les sanctions maximales en cas d’escapade hors du Rogers Centre et de l’hôtel.

À titre d’unique équipe canadienne de la MLB, les Jays doivent aussi composer avec un obstacle additionnel en raison de la frontière et des règles de quarantaine pendant la pandémie.

Pendant le camp estival, les joueurs et membres du personnel du club sont isolés du public en se trouvant dans cette bulle formée du stade et de l’hôtel.

« Je veux que ce soit clair : on ne demande pas de traitement spécial, a déclaré le voltigeur Randal Grichuk par Twitter. Nous comprenons que nous devions demeurer dans cette bulle. Nous voulons nous assurer que tout le monde est en sécurité. Le plus difficile est qu’on ne permette pas à nos familles de venir avec nous. C’est qui rend les choses difficiles pour plusieurs des gars. »

Guerrero au premier coussin

Le gérant des Blue Jays, Charlie Montoyo, a aussi confirmé l’intention de l’équipe d’employer Vladimir Guerrero fils au premier coussin.

« L’objectif est toujours d’offrir à un joueur la meilleure chance de briller, a dit Montoyo. La saison sera courte. Mon plan est d’utiliser Vlad au premier coussin, comme frappeur de choix, mais aussi au troisième but. »

Guerrero a principalement joué au troisième but la saison dernière, sa première dans le Baseball majeur. Il a claqué 15 circuits et produit 69 points en 2019.

« Peu importe les besoins de l’équipe, je vais être prêt, a-t-il dit via un interprète. Je n’ai pas de problème avec ce plan. »