Dans les compétitions d'envergure comme les Jeux olympiques et les Jeux panaméricains, la grande histoire s'écrit à travers des exploits grandioses. Et la petite histoire, au moyen d'occasions manquées.

Mis à jour le 17 oct. 2011
Marc Tougas LA PRESSE CANADIENNE

C'est ce deuxième scénario qu'a vécu Sébastien Michaud, lundi, lors de la troisième journée des épreuves de taekwondo aux Jeux panam de Guadalajara. Le Québécois de 24 ans a été éliminé à son premier combat alors qu'il s'était promis de rafler la médaille d'or chez les moins de 80 kg.

Le vétéran des JO de Pékin s'est incliné par K.-O. au deuxième round devant Sebastian Crismanich, un adversaire qu'il affrontait pour la première fois. L'Argentin a surpris Michaud à deux reprises d'un coup de pied à la tête. Le premier a été sans dommages, mis à part les trois points accordés, mais le deuxième a sonné l'athlète de Joliette et incité l'arbitre à mettre fin au combat.

«Je savais qu'il était un bon combattant mais je pensais avoir de bonnes chances de gagner, a indiqué Michaud. Je n'ai jamais vu venir ses coups. J'étais trop proche pour voir sa jambe lever. Il est vraiment souple.

«Normalement, quand il y a si peu de distance entre nous, personne n'est capable de m'atteindre à la tête de cette façon. Quand l'adversaire amorce une frappe, d'habitude tu sens son corps qui se déplace et tu peux réagir. Mais ça n'a pas été le cas et je ne me suis pas méfié.»

«Ce n'est pas une faute de la part de Sébastien, c'est vraiment son adversaire qui a saisi l'occasion au bon moment», a indiqué Alain Bernier, l'entraîneur de Michaud.

La défaite n'aura pas de répercussions à long terme. Michaud avait reçu un laissez-passer au tour préliminaire et son revers a été subi en quarts de finale. Il a ainsi amassé les points nécessaires pour assurer sa présence aux compétitions de qualification olympique qui suivront bientôt.

Michaud a subi un certain désavantage en se battant à froid contre un adversaire de bon calibre qui avait déjà disputé un combat. Le double médaillé de bronze aux championnats du monde a toutefois indiqué qu'il préférait amasser ainsi des points sûrs, puisque les JO demeurent un objectif plus important que les Jeux panam.

François Coulombe-Fortier profitera lui aussi d'un laissez-passer, mardi, lorsqu'il se battra chez les plus de 80 kg. Étant donné que les autres Canadiens aux Jeux panam ont subi une défaite hâtive, l'athlète de Québec est déjà assuré de poursuivre sa route vers la qualification olympique.

«Ça enlève une bonne pression, a-t-il reconnu. Je vise quand même un podium. Je veux revenir à la maison avec une expérience positive.»

Le Canada n'a pas tout perdu au taekwondo, lundi. La Torontoise Melissa Pagnotta, qui a vaincu Karine Sergerie en finale des qualifications des Jeux panam, a raflé l'or chez les moins de 67 kg.

Des médailles en aviron

L'équipe canadienne d'aviron a par ailleurs réussi un tir groupé, lundi, à l'occasion de la troisième journée des Jeux panam. Le Canada a alors raflé trois médailles.

L'équipage du quatre masculin sans barreur a remporté la médaille d'argent. Sarah Bonikowsky et Sandra Kisil ont mérité une médaille de bronze dans l'épreuve du deux sans barreuse, à l'instar de Barbara McCord et Audra Vair dans l'épreuve du deux de couple.

En squash, Shawn DeLierre a dû se contenter du bronze en simple quand il s'est incliné 11-7, 11-3, 11-7 contre le Colombien Miguel Rodriguez, la deuxième tête de série du tableau du simple. Les Ontariennes Samantha Cornett et Miranda Ranieri ont respectivement mérité l'argent et le bronze en simple féminin.

C'est surtout de sa victoire de la veille, au compte de 11-7, 8-11, 11-9 et 11-7 contre le Brésilien Rafael Fernandes, dont se souviendra DeLierre. C'est ce match qui lui a permis de s'assurer du bronze, un exploit qu'il avait déjà réalisé aux Jeux panam de 2007.

«Je la voulais vraiment cette médaille et j'ai tout donné, a déclaré le Montréalais de 29 ans, qui évolue dans un sport non-olympique. Au stade où j'en suis dans ma carrière, récolter cette médaille me permet de mieux respirer. Il y avait encore les Jeux panam de Toronto comme possibilité, mais j'aime autant l'avoir tout de suite autour du cou.»

En cyclisme sur piste, l'équipe canadienne masculine de poursuite a réédité une marque nationale en route vers la cinquième place. Les Québécois Jean-Michel Lachance et Rémi Pelletier-Roy ainsi que de Rob Britton et Jacob Schwingboth, tous deux de la Colombie-Britannique, en étaient à leur première épreuve ensemble. Leur chrono de 4:14,389 a fait en sorte qu'ils ont raté de peu la ronde des médailles.

En gymnastique rythmique, la Montréalaise Maria Kitkarska a bien exécuté sa routine au ballon, mais elle l'a échappé à son dernier mouvement et a dû se contenter de la septième place.

En tir à l'arc, Marie-Pier Beaudet était 14e après la première journée de qualification. Ses coéquipières et elles étaient quatrièmes dans l'épreuve par équipes.

En racquetball, les Montréalais Vincent Gagnon et Frédérique Lambert ont tous deux remporté leur premier match. Le premier s'est imposé 15-3, 15-4 aux dépens du Dominicain Ramon De Leon et la deuxième, 15-6, 15-14 contre la Colombienne Cristina Amaya.