Dans un scénario identique à celui de la veille, Jacqueline Simoneau et Claudia Holzner ont une fois de plus brillé en montant sur la plus haute marche du podium en duo libre, dimanche, aux Séries mondiales de natation artistique de Budapest, en Hongrie.

mathieu fontaine
Sportcom

Simoneau a ensuite mis la touche finale à une fin de semaine de rêve en triomphant au solo libre.

Après avoir remporté le duo technique samedi, les attentes étaient élevées pour Simoneau et Holzner, qui présentaient une routine au « coefficient de difficulté très élevé » pour l’épreuve libre.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Canadiennes n’ont pas déçu en obtenant 90,3668 points pour leur performance, ce qui leur a à nouveau permis de devancer les Autrichiennes (89,3001 points) et les Israéliennes (85,1332 points).

« Je pense que c’était une de nos meilleures nages ! C’est une des routines les plus difficiles que j’ai vues à l’international et nous avons été capables de bien l’exécuter. C’est certain que ce n’était pas parfait et qu’il y avait des erreurs ici et là, mais c’était très bien, surtout aussi tôt dans l’année », a analysé Simoneau au bout du fil avec Sportcom.

Nous savons que nous sommes dans la bonne voie pour les Jeux olympiques.

Jacqueline Simoneau

Les choses se sont tout aussi bien déroulées en solo pour l’athlète de Chambly, qui a dominé la compétition avec 91,0668 points. Une performance qui a fait écarquiller bien des yeux au Centre aquatique Danube Arena.

« La routine a vraiment bien été acceptée, non seulement des juges, mais aussi des autres pays présents. Plusieurs athlètes et entraîneurs sont venus me voir pour me dire à quel point ils avaient apprécié, et c’était vraiment agréable de recevoir tous ces commentaires positifs », a-t-elle fait savoir.

Au final, Simoneau a terminé avec 23,001 points de plus que la médaillée d’argent, l’Autrichienne Vasiliki Alexandri.

« C’est une excellente journée et une belle manière de finir la fin de semaine ! »

Enfin une compétition « normale »

Il y a plus de 18 mois que Simoneau attendait de pouvoir disputer une compétition « normale ».

Après avoir pris part à la Série mondiale virtuelle de la FINA en février dernier, la Québécoise a finalement pu renouer avec l’action à Budapest, une expérience qui lui prouve que rien n’équivaut à l’atmosphère d’un évènement sportif en personne.

« C’était un feeling incroyable de voir les juges sur le bord de la piscine. Ça change l’ambiance complètement et ça fait du bien de sentir l’excitation de la compétition. »

Même s’il n’y avait pas de spectateurs dans les gradins, nous ressentions la pression. Ça fait toute la différence !

Jacqueline Simoneau

C’est donc avec le sourire aux lèvres et quatre médailles d’or de plus dans sa valise que Simoneau rentrera au pays ce lundi.

Après s’être soumise à sa période de quarantaine obligatoire, elle reprendra l’entraînement en compagnie de Holzner et des autres membres de l’équipe nationale de natation artistique en vue des compétitions à venir avant les Jeux olympiques de Tokyo.

« Il nous reste encore beaucoup de travail à faire pour perfectionner les routines, mais nous sommes prêtes pour ça mentalement et physiquement. Si tout va bien, nous retournerons en Europe pour deux Séries mondiales en juin. Nous sommes motivées et nous avons déjà hâte de retourner à l’eau », a conclu Simoneau.