Juste avant de se préparer pour son bain quotidien, vers 18 h 30, Meaghan Benfeito venait de régler une dernière obligation sur son téléphone quand elle a entendu une explosion. Le bruit semblait provenir de sa chambre, pourtant située au troisième et dernier étage d’un immeuble de condos.

Simon Drouin Simon Drouin
La Presse

Elle a réalisé la gravité de la situation quand elle a vu des flammes lécher son balcon arrière. Ne faisant ni une ni deux, elle a mis manteau, foulard et bottes, pris ses clés, avant de sortir et de composer le 911.

Sur le pas de la porte, la plongeuse est passée devant le meuble où ses trois médailles olympiques étaient exposées, à l’insistance de son amoureux, le footballeur professionnel Alexandre Dupuis.

« Quand tu pars de chez vous, tu ne penses jamais que tu ne pourras jamais plus y revenir », a raconté Benfeito en conférence de presse virtuelle, mardi après-midi.

  • SAISIE D’ÉCRAN DU COMPTE INSTAGRAM DE MEAGHAN BENFEITO

  • SAISIE D’ÉCRAN DU COMPTE INSTAGRAM DE MEAGHAN BENFEITO

  • SAISIE D’ÉCRAN DU COMPTE INSTAGRAM DE MEAGHAN BENFEITO

1/3
  •  
  •  
  •  

Elle s’exprimait de la piscine olympique de Montréal, après son deuxième entraînement depuis le drame qui l’a frappée jeudi soir à Mirabel. Son entraîneur ne l’a pas encore envoyée sur la plateforme de 10 mètres, préférant qu’elle se remette d’abord de ses émotions.

Après être sortie de son condo, elle s’est assurée que son voisin du palier inférieur, dont la bonbonne de propane du BBQ avait explosé, était en sécurité. Ils ont couru ensemble, croisant trois enfants à la recherche de leur père. Heureusement, personne n’a été blessé dans l’incendie.

Elle a ensuite appelé son copain, qui travaillait ce soir-là. Il croyait qu’elle voulait encore se plaindre de ses triceps douloureux après son entraînement de la veille. Elle a allumé la caméra de son téléphone pour lui prouver qu’elle ne blaguait pas. Le feu était déjà pris dans le toit, son balcon sur le point de se décrocher.

Finalement, tout y est passé. L’immeuble de 15 habitations au complet, jusque dans le stationnement du sous-sol. Benfeito a remis ses clés à un policier, croyant qu’il lui rapporterait sa voiture adorée, fruit d’une commandite en lien avec les Jeux olympiques de 2016. Elle était écrasée, remplie d’eau, gelée.

« Je n’y croyais pas, a relaté l’athlète de 31 ans. Je ne croyais pas que ça m’arrivait parce que j’ai tellement peur du feu. Je ne joue même pas avec des allumettes ou je ne me passe pas le doigt au-dessus de la flamme d’un briquet. Je n’aime pas ça, ça me stresse. D’avoir vécu ça, on dirait que c’était comme dans un rêve. »

Depuis, elle en fait des cauchemars. « J’en ai fait aujourd’hui. La nuit de samedi à dimanche a été difficile. J’ai quand même très bien vu le feu sur mon balcon. C’est un peu stressant. »

Vers minuit et demi, tout l'immeuble a été jeté par terre par les pompiers. « Il n’y a absolument rien de récupérable. […] C’est sûr que c’est désolant. Mais le plus important, c’est qu’Alex et moi soyons en santé et vivants. Tout le monde est sorti sans être blessé. »

Perte douloureuse

Le lendemain, Dupuis est allé fouiller dans les ruines comme il le pouvait. En périphérie, il a retrouvé un short des Carabins de l’Université de Montréal, son alma mater, mais c’est tout. Pas de traces de ses trophées, de ses chandails d’équipe, mais surtout des trois médailles olympiques de sa conjointe. Le bronze en synchro avec son amie Roseline Filion, en 2012 et en 2016, et le bronze du 10 m individuel de Rio, aussi en 2016.

Le bronze fond-il à grande chaleur ? « Bonne question, je n’en ai aucune idée, a répondu Benfeito. Les gens qui vont venir tout enlever sont au courant qu’il y a des médailles. »

Elle ne le cache pas, cette perte est douloureuse. Plongeon Canada a immédiatement entrepris des démarches auprès du Comité olympique canadien, qui s’est enquis au Comité international olympique de la procédure à suivre pour en obtenir de nouvelles.

Je pense qu’ils vont vraiment faire en sorte que je reçoive les médailles. Je croise les doigts. Évidemment, ce ne seront pas les mêmes, ce ne seront pas celles gagnées sur le podium. Au moins, je vais les avoir.

Meaghan Benfeito

Contrairement à ce qu’elle avait d’abord pensé, l’incendie n’a pas été causé par l’utilisation ou la défectuosité d’un BBQ. Pour une raison encore inconnue, le feu se serait déclenché dans le balcon de son voisin avant de faire exploser la bonbonne.

Après s’être réfugiée chez ses parents, Benfeito a emménagé avec son conjoint dans un condo depuis deux jours, le temps de se reloger de façon permanente. « Les assurances ont bien pris soin de nous. »

Avec le recul, elle se rend compte que sa décision rapide de quitter son condo lui a probablement sauvé la vie, une pensée qui la remue encore.

« Je pense que le fait d’être une athlète m’a effectivement aidée à réagir rapidement. On nous a toujours appris à s’attendre à l’inattendu et de réagir aussi vite que possible. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles je voulais voir si l’homme était correct. Je suis quelqu’un qui veut s’assurer que tout le monde est en sécurité. »

« Grosse vague d’amour »

Encore sous le choc, Benfeito tient le coup grâce à la « grosse vague d’amour » venue de sa famille, de son entourage, de ses coéquipiers et de toute la grande communauté du plongeon.

« Quand je suis revenue à l’entraînement, ça faisait tellement de bien de voir des gens que j’aime tellement. J’ai pleuré peut-être deux minutes quand j’ai vu Jenn [Abel], Caeli [McKay], Pam [Ware], Mel [Citrini-Beaulieu] et les gars. Je voulais les prendre dans mes bras, mais on ne peut pas… »

Melanie Rinaldi, ancienne coéquipière qu’elle n’avait pas vue depuis des lunes, a démarré une campagne de sociofinancement qui a déjà dépassé 30 000 $ sur un objectif de 100 000 $.

Sur le plan sportif, Benfeito espère toujours pouvoir participer à la Coupe du monde prévue à Tokyo en avril, avant la grand-messe olympique, qui doit s’ouvrir le 23 juillet.

« Il y a des moments où je me mets à pleurer parce qu’on a tout perdu. Tu t’attaches à tes affaires. Mais c’est aussi de voir le côté positif. Je ne veux pas passer à autre chose trop vite. Il faut quand même que je vive ce qui vient de se passer. Mais il y a tellement de gens autour de moi pour me donner l’amour dont j’ai besoin. C’est ça, le plus important. »

Mercredi, elle doit remonter sur le 10 mètres.