(Monaco) L’ex-championne du monde Marina Arzamasova a écopé d’une suspension de quatre ans pour dopage sportif, après que sa défense affirmant qu’elle a consommé des suppléments alimentaires contaminés a été refusée.

The Associated Press

L’athlète âgée de 32 ans originaire de la Biélorussie, qui a remporté le 800 m aux Championnats du monde d’athlétisme de 2015 à Pékin, avait été suspendue provisoirement pour un résultat antidopage positif en 2019.

La suspension de quatre ans est entrée en vigueur lorsqu’elle a été reconnue coupable, et en conséquence elle se terminera le 28 juillet 2023, a rappelé l’Unité d’intégrité de l’athlétisme par voie de communiqué vendredi.

Arzamasova fut la championne européenne en 2014 et a terminé septième aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016.

Elle a obtenu un test positif aux modulateurs sélectifs des récepteurs aux androgènes LGD-4033, aussi connus sous le nom de ligandrol. Cette substance serait utilisée sous forme de suppléments alimentaires par les culturistes pour développer la masse musculaire, sans les effets secondaires des stéroïdes anabolisants.