La Presse vous invite à choisir l’athlète québécois qui a le plus marqué la dernière décennie sportive. L’équipe des sports a présélectionné 16 candidats, à vous de faire le reste !

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Méthodologie

L’équipe des sports a présélectionné 16 noms puis déterminé les confrontations du premier tour par tirage. Le vote est entièrement entre les mains des lecteurs.

Votez pour votre athlète de la décennie

Georges St-Pierre, arts martiaux mixtes

Une décennie sans défaite

D’accord, Georges St-Pierre ne s’est battu qu’à une seule reprise depuis 2013. C’est peu. Mais si on prend l’ensemble de la décennie, le portrait est bien différent pour le combattant originaire de Saint-Isidore, en Montérégie.

Il a gagné ses sept combats – dont six défenses de son titre chez les mi-moyens – et remporté la ceinture chez les poids moyens en 2017. Avant lui, seuls trois autres combattants avaient été couronnés champions dans deux divisions différentes.

Pour commencer la décennie, il a battu Dan Hardy, Josh Koscheck et Jake Shields, qui étaient loin d’être les premiers venus. Signe de sa popularité, il est parvenu à remplir le Centre Bell (23 152 spectateurs) et le Rogers Centre à Toronto (55 724 spectateurs). À l’étranger, il était déjà, depuis longtemps, l’un des athlètes canadiens les plus reconnus.

Loué pour son sens du détail et son volume d’entraînement, « GSP » n’a pas ralenti malgré une déchirure du ligament croisé antérieur du genou droit, subie en 2012. À son retour dans l’octogone, 11 mois après sa blessure, il a largement dominé Carlos Condit malgré une frousse lors du troisième round.

L’année suivante, ce sont Nick Diaz, l’un des mauvais garçons de l’UFC, et Johny Hendricks qu’il a ajoutés à son tableau de chasse.

Après ce combat, marqué par la controverse [NDLR : le président de l’UFC, Dana White, a publiquement critiqué la décision des juges], St-Pierre a ressenti le besoin de prendre une pause.

Il aurait très bien pu quitter les arts martiaux mixtes à ce moment-là. Qu’avait-il à prouver après avoir détenu la ceinture durant 2064 jours ? Rien. Néanmoins, il est monté d’une catégorie de poids pour croiser Michael Bisping, un dur de dur. cinquante-neuf coups significatifs et trois amenés au sol plus tard, « GSP » a réussi son pari. Son dernier.

Retraité depuis le début de l’année, « GSP », âgé de 38 ans, continue de s’entraîner au gymnase Tristar où il donne un coup de main aux plus jeunes combattants. Le passionné de paléontologie possède plusieurs entreprises et a effectué quelques apparitions dans des films d’action.

Votez pour votre athlète de la décennie

Mikaël Kingsbury, ski acrobatique

Au sommet de son sport

Rarement un athlète québécois a-t-il dominé sa discipline comme Mikaël Kingsbury l’a fait au cours de la dernière décennie. Avec un titre olympique, quatre titres mondiaux, 16 Globes de cristal et 56* victoires en Coupe du monde, le skieur acrobatique a réécrit le livre des records du ski de bosses. 

Aussi humble qu’à ses débuts, il a aussi gardé l’allure et le caractère du jeune athlète qui avait impressionné tous les spécialistes aux Jeux de Vancouver en 2010, en réussissant l’une des meilleures descentes de la compétition alors qu’il n’était encore qu’ouvreur de piste ! Dix ans plus tard, alors qu’il aborde sa 10e saison complète en Coupe du monde, l’athlète de 27 ans est toujours aussi affamé et entend bien continuer d’accumuler les victoires et les titres, question de rendre tous ses records un peu plus inaccessibles.

Lauréat du prix Lou-Marsh en 2018 à titre d’athlète par excellence au Canada, il a couronné cette année-là à PyeongChang sa quête de la médaille d’or olympique (il avait remporté l’argent à Sotchi en 2014), obtenant ainsi le dernier grand titre qui lui manquait. Plusieurs athlètes québécois ont brillé depuis 10 ans, mais aucun ne peut prétendre avoir un plus beau palmarès.

* La saison s’amorce le 7 décembre à Ruka et il y a des épreuves le 14 et le 15 à Taiwoo.

Votez pour votre athlète de la décennie