(Doha) Mohammed Ahmed a fracassé sa propre marque canadienne, dimanche, en terminant sixième du 10 000 mètres aux Championnats du monde d’athlétisme.

La Presse canadienne

Ahmed, de St. Catharines, en Ontario, a franchi la distance en 26 minutes et 59,35 secondes, retranchant ainsi trois secondes à son record précédent.

« Les gens savent qui je suis maintenant et je dois simplement m’améliorer, a affirmé Ahmed. Je suis un peu déçu parce que je voulais une autre médaille, mais je devrais prendre la peine de célébrer parce que j’ai réussi un temps sous les 27 minutes. »

L’Ougandais Joshua Cheptegei a décroché l’or en 26 : 48,36. L’Éthiopien Yomif Kejelcha a fini deuxième en 26 : 49,34, tandis que le Kényan Rhonex Kipruto a complété le podium en 26 : 50,32.

Ahmed avait gagné le bronze la semaine dernière au 5 000 m.

D’autre part, le Kényan Timothy Cheruiyot a obtenu l’or au 1 500 m après une longue échappée en solitaire.

Le champion des Jeux olympiques de Londres en 2012, l’Algérien Taoufik Makhloufi, a terminé au deuxième rang après avoir remporté de justesse un sprint final de masse, tandis que le Polonais Marcin Lewandowski obtenait le bronze.

De plus, les États-Unis ont remporté le relais masculin 4 x 400 m, la dernière épreuve des Mondiaux.

Michael Cherry, le deuxième à s’élancer sur la piste, a permis aux Américains de se hisser en tête, puis Rai Benjamin s’est assuré de freiner la remontée de la Jamaïque en route vers la victoire en 2 : 56,69. La Belgique s’est assurée le bronze.

Le Canada disqualifié au relais 4 x 400 m

Le Canada a appris une bien mauvaise nouvelle, après avoir terminé au cinquième rang du relais 4 x 400 m féminin en 3 : 25,91.

L’IAAF, qui régit l’athlétisme sur la planète, a indiqué que le quatuor canadien composé d’Alicia Brown, Aiyanna-Brigitte Stiverne, Madeline Price et Sage Watson avait été disqualifié puisqu’une des participantes avait quitté son corridor dans l’un des deux premiers relais.

« Nous avons tout donné aujourd’hui, a exprimé Price. Nous allons devenir plus rapides en travaillant ensemble à l’entraînement. J’ai un bon sentiment à propos de cette équipe en vue des Jeux olympiques de Tokyo. »

Les États-Unis ont triomphé en 3 : 18,92, devant la Pologne (3 : 21,89) et la Jamaïque (3 : 22,37).

Par ailleurs, l’Américaine Nia Ali a grimpé sur la plus haute marche du podium au 100 m haies. Il s’agissait du premier podium de la médaillée d’argent olympique aux Mondiaux d’athlétisme.

Ali, la conjointe du sprinter canadien Andre De Grasse, s’est rapidement hissée en tête et a franchi la distance en 12,34 secondes. Sa compatriote Kendra Harrison a assuré le doublé américain en 12,46, retranchant seulement un centième de seconde au temps de la Jamaïcaine — et championne du monde en 2015 — Danielle Williams.

Pour sa part, l’Allemande Malaika Mihambo a étoffé sa collection de médailles en réalisant l’un des plus longs sauts des dernières années.

La championne européenne en titre du saut en longueur en a réussi un de 7,30 m au troisième tour, alors qu’elle faisait face à l’élimination. Elle n’a pu améliorer cette performance par la suite.

Le Canada a gagné cinq médailles (une d’argent et quatre de bronze) pendant ces Mondiaux, ce qui constitue une belle amélioration après avoir été blanchi il y a deux ans, à Londres.

« Je suis très heureux du résultat, a mentionné l’entraîneur-chef du Canada, Glenroy Gilbert. Nous avons eu le retour d’Andre De Grasse, certains athlètes d’expérience performent à un autre niveau et nous jeunes athlètes se font voir. Nous sommes satisfaits des résultats, mais nous n’allons pas nous asseoir sur nos lauriers. Notre objectif ultime est de performer à notre mieux à Tokyo. »

Les prochains Mondiaux d’athlétisme se dérouleront à Eugene, en Oregon, en 2021.

— Avec l’Associated Press