Me re-voici, après une longue pause d'un mois. J'ai été très touché par les encouragements que j'ai reçus pendant ma convalescence. J'ai eu aussi un formidable accueil à mon retour dans les paddocks. Je vais mieux maintenant, même si mon médecin m'avait conseillé de rester chez moi. Je n'en pouvait plus d'être chez moi à tourner en rond!

Mis à jour le 19 juill. 2008
Christian Tortora COLLABORATION SPéCIALE

Cette pause loin du circuit m'a donné une autre vision de ce qui se passe et je réalise à quel point la F1 a la mémoire courte. À mon départ, le président de la FIA était au banc des accusés. Aujourd'hui, tout le monde a oublié ce qui s'est passé. L'important est de trouver une nouvelle entente pour les Accords Concorde. C'est étonnant comme l'argent n'a pas d'odeur et de mémoire...

Je réalise à quel point la F1 vit dans une bulle, loin de la réalité des choses. Avec le baril de pétrole à 150 $US qui continue de monter, il faut que la F1 arrête de rêver et s'attaque au problème à bras-le-corps. Ce n'est pas vrai qu'on peut dépenser des millions en énergie pour que deux gars fassent joujou avec leur voiture... La Formule 1 n'est pas en dehors du système...

Max Mosley a proposé un plan pour que la F1 soit plus écologique. Ce mot est vaste: on peut être écolo avec des économies d'essence, mais aussi en mettant au point d'autres découvertes.

Un exemple: il a fallu presque 20 ans avant que quelqu'un invente un système d'injection directe pour les moteurs à essence. Cette découverte a fait faire un bond considérable dans la réduction de la consommation d'essence des voitures de ville. La F1 a les moyens financiers et humains pour faire avancer la technologie. Il n'y a pas si longtemps, la F1 était un grand leader dans le renouveau de la construction automobile. Ce qu'on découvrait pour les monoplaces, comme les freins au carbone, se retrouvait sur les voitures de ville. Mais depuis deux ou trois ans, la F1 est à la remorque des grands constructeurs. Les écuries ont tout avantage à travailler dans ce sens. Imaginez la publicité - et le pognon - que pourrait se faire un constructeur qui réussirait à développer une technologie plus écologique!

À mon avis, il faudrait que les nouveaux règlements limitent la consommation d'essence. Du genre, les pétrolières qui diraient: vous avez X litres pour faire un Grand Prix. Si on leur fournit 15% moins de carburant, les écuries devraient trouver comment diminuer leur consommation tout en essayant de garder le même niveau de performance. On forcerait les écuries à faire des recherches dans ce sens; elles sont capables de le faire. Et avec des voitures qui consomment 55 litres au 100 km, ça pourrait faire une sacrée différence.

Bizarrement, personne n'ose trop en parler dans les paddocks. Les écuries font leurs recherches, mais tout est gardé secret. C'est un peu paranoïaque, car de toute façon, tout le monde copie tout le monde en F1. Et pour une fois, les percées technologiques vont plus loin que les simples considérations sportives... C'est toute la société qui pourrait en bénéficier.