Marie Beaupré, 32 ans, n’hésite pas à dire qu’elle utilise une coupe menstruelle, soit une cloche en silicone insérée dans le vagin pour recueillir les règles. « C’est rendu beaucoup moins tabou, les menstruations », dit la scientifique de formation, copropriétaire de la boutique Les Mauvaises herbes. « Ça fait partie de la vie. On s’est réapproprié ce processus-là, qui est naturel. » Portrait en cinq points d’une révolution en règle(s).

Marie Allard
Marie Allard La Presse

Génération ouverte

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Amélia Baril, 20 ans, utilise une coupe menstruelle parce que c’est plus pratique et plus écologique.

C’est à l’âge de 16 ans qu’Amélia Baril, étudiante en médecine à l’Université de Sherbrooke, a découvert la coupe menstruelle. « J’ai regardé beaucoup de vidéos sur l’internet pour choisir un modèle », se souvient la jeune femme. Pour sa génération – elle a aujourd’hui 20 ans –, c’est banal. « Dans mes amies proches, au moins cinq ont une coupe menstruelle, dit Amélia Baril. C’est plus pratique : on n’a pas besoin d’en avoir avec soi, comme pour les serviettes et les tampons. »

« La génération qui s’en vient est plus ouverte », observe Kate Bouchard, agente de recherche et de planification à l’Institut santé et société de l’UQAM. « Elle va normaliser les discussions sur les menstruations, normaliser le fait de laver sa coupe dans un lavabo de toilettes publiques. On s’en va dans cette direction-là. »

Enjeux de santé

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Kate Bouchard est chargée de la campagne Ne jetons pas la serviette, de l’Institut santé et société de l’UQAM. « On ne veut pas culpabiliser les femmes, pas individualiser le problème, souligne-t-elle. On veut ramener ça au collectif. Pourquoi y a-t-il des produits chimiques dans les produits menstruels jetables ? »

Après avoir dénoncé la présence d’ingrédients nocifs dans les produits de beauté, on s’intéresse à la composition des… protections menstruelles. « Je peux vous nommer quelques produits chimiques qui sont dans les serviettes et tampons jetables, dit Kate Bouchard. On parle de phtalates, de bisphénol et de parabènes, qui sont des perturbateurs endocriniens et des cancérigènes connus. Dans les produits faits en coton, il y a souvent des résidus de pesticides. À cause du processus de blanchiment au chlore, il y a des traces de dioxine et de furane. »

Sans compter l’ajout de « parfum », un mot fourre-tout pour désigner différentes substances, sans les nommer. « C’est super pernicieux, parce que ça passe par les parois vaginales, qui sont extrêmement vascularisées », ajoute Kate Bouchard. L’Institut santé et société tient actuellement sur Instagram la campagne Ne jetons pas la serviette, pour sensibiliser aux effets néfastes des produits menstruels jetables.

> Consultez le compte Ne jetons pas la serviette

Procter & Gamble, entreprise derrière les marques Tampax et Always, réfute tout problème. « Garantir que nos produits sont sûrs pour les millions de consommateurs qui les utilisent est à la base de tout ce que nous faisons », assure Joyce Law, du service des communications de Procter & Gamble Canada. L’entreprise se conforme aux exigences gouvernementales « et les dépasse », ajoute-t-elle. Santé Canada dit pour sa part veiller « à ce que les tampons vendus au Canada soient sûrs, efficaces et de grande qualité grâce aux exigences d’homologation, de fabrication et de suivi après-vente ».

Iniquité dénoncée

IMAGE TIRÉE DU SITE INTERNET DU RQASF

Le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) a mené un sondage sur les menstruations, dans le cadre de la Campagne Rouge.

Autre enjeu : les produits menstruels ne sont pas abordables, selon la moitié des 2500 répondants à un sondage mené en octobre 2020 par le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF). Une boîte de 20 tampons Tampax ordinaires coûte 4,99 $. En ajoutant quelques serviettes, une femme dépense aisément 7 $ par cycle de 28 jours, soit 91 $ par année. La facture grimpe vite, sachant qu’une femme peut avoir ses règles pendant 40 ans… Les hommes n’ont pas à payer cette facture.

« Environ 20 % des répondantes ont déjà utilisé d’autres solutions, comme du papier de toilette ou des essuie-tout, parce qu’elles trouvaient les produits menstruels trop chers », dit Victoria Doudenkova, chargée du projet Campagne Rouge (sur les mythes et tabous autour des menstruations) au RQASF. En Colombie-Britannique, serviettes et tampons sont désormais offerts dans les toilettes des écoles publiques (comme le papier hygiénique et le savon pour se laver les mains !). L’Écosse a adopté une loi rendant les protections menstruelles gratuites pour les personnes en ayant besoin, ce qui est réclamé par divers groupes au Québec – dont la Commission-Jeunesse du Parti libéral. Ce printemps, Montréal « prépare un projet pilote de distribution de produits hygiéniques féminins dans les édifices municipaux », indique Fabienne Papin, relationniste à la Ville de Montréal.

Par ailleurs, des subventions pour l’achat de produits réutilisables sont proposées dans plusieurs villes et MRC du Québec. Par exemple, Prévost rembourse 50 % du coût d’une coupe menstruelle, de serviettes ou de culottes de menstruations lavables, jusqu’à concurrence de 100 $.

Impacts sur l’environnement

IMAGE FOURNIE PAR L’INSTITUT SANTÉ ET SOCIÉTÉ 
DE L’UQAM

Extrait de la campagne Ne jetons pas la serviette, de l’Institut santé et société de l’UQAM

Une femme utilise de 12 000 à 15 000 protections menstruelles jetables dans sa vie, ce qui produit de 114 à 136 kg de déchets, selon une thèse présentée par Ann Borowski au Rochester Institute of Technology en 2001. La fabrication des serviettes et tampons est aussi dommageable pour l’environnement, puisqu’elle demande beaucoup d’eau, d’énergie et de matériaux divers (plastique, rayonne, etc.).

Une analyse du cycle de vie de trois produits – une serviette Maxi U de Kotex, un tampon U Click de Kotex et une coupe menstruelle DivaCup – a été publiée dans la revue Resources, Conservation and Recycling en 2019. Sa conclusion est limpide : utiliser la coupe menstruelle pendant un an entraîne des impacts environnementaux inférieurs à 1,5 % de ceux des produits jetables. À noter : il n’y avait pas de serviette lavable dans l’étude.

« Ma mère trouve que c’est un retour en arrière », observe Nathalie Ainsley, de l’Association québécoise zéro déchet, à propos de l’utilisation des protections réutilisables. « Non, c’est un pas en avant. Premièrement, les produits se sont beaucoup améliorés par rapport aux guenilles que ma mère mettait dans ses culottes. Deuxièmement, on a aujourd’hui des connaissances scientifiques qu’on n’avait pas, à l’époque, sur les conséquences sur notre santé et sur l’environnement. »

« On ne doit pas être dogmatiques, met en garde Victoria Doudenkova. Une femme itinérante qui n’a pas accès à l’eau courante, elle ne va pas pouvoir laver sa serviette réutilisable ou sa coupe. »

Inclure toutes les personnes menstruées

PHOTO FOURNIE PAR ÖKO CRÉATIONS

Deux serviettes hygiéniques lavables Öko-pads, faites de chanvre et de coton biologique enduit de polyuréthane

Öko Créations fabrique des serviettes hygiéniques en chanvre, qui diminuent, selon l’entreprise, les risques d’irritation et d’allergies. « Une solution pour celles et ceux d’entre nous qui souffrent de ces maux », affirme l’entreprise québécoise. Celles et ceux ? Oui, parce que des hommes trans peuvent être menstrués.

Marie Beaupré parle de « personnes qui ont des menstruations », pour toutes les inclure. « Pour moi, ce ne sont pas juste les femmes qui sont menstruées, vraiment pas, fait-elle valoir. J’ai une personne très près de moi, dans ma famille, qui est une femme transgenre. Elle n’a pas de menstruations, mais c’est un sujet super important pour moi. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Marie Beaupré utilise une coupe menstruelle depuis l’âge de 17 ans. « Ça permet d’être plus en contact avec le processus naturel de notre corps, plutôt que juste mettre un tampon puis s’en débarrasser dans la toilette, merci, bonsoir », dit-elle.

Le RQASF dit plutôt « les femmes et les personnes menstruées ». Victoria Doudenkova précise : « On essaie d’être inclusifs, on est sensibilisés à ces enjeux. Mais il y a toujours un dilemme : comment rendre visible une minorité sans occulter la majorité ? »

Un atelier en ligne sur la toxicité des produits menstruels jetables, organisé par le RQASF, aura lieu le 30 mars à 12 h 30.

> Inscrivez-vous à l’atelier en ligne

Trois solutions de rechange aux tampons

Nathalie Ainsley est une « utilisatrice inconditionnelle » de produits menstruels réutilisables depuis quelques années. « Ce qui m’a choquée le plus quand je les ai découverts, c’est de ne pas avoir su que ça existait avant, dit-elle. J’ai deux filles âgées de 19 et 21 ans. Quand elles ont eu leurs menstruations, je leur ai acheté une boîte de tampons et une boîte de serviettes jetables. » Voici trois solutions de rechange.

Serviettes réutilisables

PHOTO FOURNIE PAR LA BOUTIQUE FAN FAN

Serviettes hygiéniques en molletonné de coton de la boutique Fan Fan

Nancy Vlayen, de la boutique en ligne Fan Fan, fabrique des serviettes hygiéniques lavables à Victoriaville. C’est la vue d’applicateurs de tampons et de pellicules de plastique de serviettes jetables sur les berges du fleuve Saint-Laurent qui l’a convaincue d’agir. Elle offre plusieurs modèles, en fibres naturelles ou pas. Plusieurs autres entreprises offrent des serviettes réutilisables, en chanvre, en bambou, en coton, pour culottes ou tangas, comme Öko Créations, Mme & Co, Omaiki, La Petite ourse, etc.

« Il y a plein de belles serviettes québécoises », constate Nathalie Ainsley, de l’Association québécoise zéro déchet. Elles s’attachent sous le gousset, grâce à des ailes munies de boutons-pression. « Parfois, ça bouge, reconnaît Nathalie Ainsley. Il faut trouver le bon modèle, qui aura la bonne largeur pour votre culotte. » L’entretien varie d’une marque à l’autre, mais il est généralement recommandé de les rincer, puis de les laver à la machine. Prévoyez dépenser de 10 $ à 30 $ pour deux serviettes.

Culottes de menstruations

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

L’entreprise québécoise Mme L’Ovary propose des culottes vendues avec des serviettes lavables amovibles, qui s’y insèrent et tiennent en place.

« Les culottes, c’est un nouveau marché qui commence à exploser », dit Kate Bouchard, de l’Institut santé et société de l’UQAM. Deux types de culottes menstruelles sont proposés. Les premières – vendues notamment par les entreprises québécoises Viita, Ellza ou La Girafe bleue – sont munies d’une bande absorbante au gousset. Viita affirme que certains modèles peuvent absorber l’équivalent de deux ou trois tampons ordinaires. Après ? Il faut changer de culotte.

L’autre option, proposée par Mme L’Ovary, est une culotte vendue avec des serviettes lavables amovibles, qui s’y insèrent et tiennent en place. On peut les changer sans avoir à enlever son slip. Une pochette imperméable à deux compartiments permet de transporter les serviettes, autant propres que sales. Les culottes de nuit sont particulièrement appréciées. « C’est fantastique, j’ai arrêté de laver des draps tachés », témoigne Nathalie Ainsley. Il faut compter 60 $ pour une culotte et trois serviettes chez Mme L’Ovary. À noter : des modèles pour adolescentes sont offerts par l’entreprise canadienne Knix (gamme KT) et l’américaine Thinx (la gamme BTWN).

Coupes et disques menstruels

PHOTO JACINTHE MORIN, FOURNIE PAR LES MAUVAISES HERBES

Il est possible d’avoir des relations sexuelles en portant le disque menstruel Nixit, qui dégage l’entrée du vagin – ce n’est généralement pas le cas avec les coupes menstruelles.

« Les coupes menstruelles sont une option sûre pour la gestion des menstruations », a tranché une méta-analyse publiée en juillet 2019 dans The Lancet. Créée au Canada, la DivaCup est la plus connue – et la plus populaire au monde, selon l’entreprise. Les coupes sont des réceptacles (en silicone, en caoutchouc, etc.) à insérer dans le vagin, pour recueillir les règles. Amélia Baril, 20 ans, utilise une coupe Lunette, après avoir eu une Lena Cup qui occasionnait parfois des fuites. « Je n’ai rien à faire à l’école ou au travail, explique-t-elle. Je la vide avant de partir et en revenant. » Il est possible d’aller aux toilettes, de nager, etc., en portant une coupe.

Le défi consiste à trouver celle qui sied à son anatomie, selon la hauteur du col de l’utérus, la tonicité du vagin, etc. « C’est un peu comme choisir des souliers », image Marie Beaupré, copropriétaire de la boutique Les Mauvaises herbes. Après avoir eu ses enfants, elle-même a eu des problèmes de fuites avec la DivaCup et l’OrganiCup. Elle s’est tournée vers le disque menstruel Nixit, qui ne fonctionne pas par succion. Sa satisfaction est telle que la Nixit est maintenant vendue chez Les Mauvaises herbes. Des questionnaires en ligne (par exemple, sur le site putacupinit.com) peuvent aider à faire un choix. Une coupe vaut de 35 $ à 55 $ et dure plusieurs années.

PHOTO JACINTHE MORIN, FOURNIE PAR LES MAUVAISES HERBES

Offerte en deux formats (capacité de 23 et 33 ml), l’OrganiCup est une coupe menstruelle faite en silicone, pouvant durer 10 ans.

> Consultez le site de la boutique Les Mauvaises herbes

> Consultez le site de la boutique Fan Fan

> Consultez le site de la boutique Mme L’Ovary