(Montréal) Des chercheurs internationaux, dont certains de l’Université Harvard, croient avoir compris comment le stress cause l’apparition de cheveux blancs.

La Presse canadienne

Ils expliquent que le stress active une portion de la réaction instinctive de lutte ou de fuite, ce qui cause ensuite des dommages permanents aux cellules souches responsables de la couleur des follicules pileux.

Plus précisément, le système nerveux sympathique, qui est responsable de la réaction de lutte ou de fuite, est présent à l’intérieur de chaque follicule pileux à la surface de la peau. Sous l’effet du stress, ces nerfs libèrent de la norépinéphrine, qui est ensuite absorbée par les cellules souches responsables de la régénération de la pigmentation.

Certaines cellules souches constituent un « réservoir » de couleur pour le poil qui repousse. Toutefois, expliquent les chercheurs, la norépinéphrine suractive ces cellules souches, et le réservoir de couleur se vide prématurément.

Il s’agit de dommages permanents et, pour le moment du moins, irréversibles.

Au-delà de son aspect insolite, les chercheurs estiment que leur découverte — dont les détails sont publiés par le prestigieux magazine scientifique Nature — aide à mieux comprendre l’impact du stress sur l’organisme.

De nouvelles études pourraient maintenant examiner des stratégies pour modifier ou même bloquer les effets néfastes du stress.