De plus en plus de propriétaires se dotent de capteurs ou modules solaires, motivés tantôt par la rentabilité, tantôt par la satisfaction de diminuer leur empreinte écologique ou d'expérimenter une technologie avant-gardiste.

Carole Thibaudeau MONTOIT.CA

Si vous envisagez l'achat de tels équipements, vous devez savoir qu'ils ne répondront pas à la totalité des besoins de la maison. En revanche, ils réduiront certainement la facture d'énergie.

Vous aimez chaude l'eau de votre piscine extérieure? L'investissement dans un chauffe-piscine solaire est rentable dès la première année, bien avant le capteur solaire thermique (amorti en cinq ans, dans le meilleur des cas) ou le panneau solaire photovoltaïque (financièrement non rentable, si on est connecté au réseau).

Comment trouver un bon distributeur? En consultant le Répertoire québécois des énergies renouvelables d'Énergie solaire Québec ou l'annuaire d'Écohabitation (moins de choix), entre autres. Ces mêmes organismes donnent régulièrement des ateliers d'information et de formation. Un client satisfait est aussi une référence fiable. Enfin, les experts recommandent de faire affaire avec une entreprise spécialisée dans le solaire.

Chauffe-piscine

L'eau de la piscine circule dans des panneaux de plastique noir qui captent la chaleur du soleil. «Aux États-Unis, 80% des systèmes solaires vendus sont des chauffe-piscines, dit Raymond Bourgeois, propriétaire de Techno-Solis, qui oeuvre depuis 20 ans dans ce secteur. La demande augmente d'environ 15% par année. La moitié de mes clients font l'installation eux-mêmes.»

Les coûts? 2840$ (achat et installation) pour un système de 6 capteurs de 4 pieds par 10 pieds, relié à une piscine hors terre de 24 pieds de diamètre.

Ce montant correspond au chauffage de cette même piscine avec du gaz propane, pendant un été (2850$), fait valoir Techno-Solis dans un dépliant d'information. L'entretien est minimaliste.

«Le chauffe-piscine solaire doit absolument être certifié par le Florida Solar Energy Center ou le NSTF canadien, insiste M. Bourgeois. Et il faut respecter la charte indiquant le nombre de capteurs nécessaires, selon l'orientation du toit, la forme de la piscine et ses dimensions.» Un conseil précieux de Michel Henrico, consultant en énergie depuis 20 ans (Distribution Chauffage Solaire): si la piscine fonctionne à l'eau salée, dites-le à l'installateur. «Ça prend alors un échangeur thermique en titanium, plus dispendieux.»

Capteurs solaires thermiques

À la différence des chauffe-piscines, les capteurs solaires thermiques fonctionnent en toutes saisons et ils sont vitrés. La chaleur qu'ils accumulent dans un fluide caloporteur (une solution d'eau et de propylène glycol) chauffera l'eau domestique, et possiblement l'habitation elle-même et la piscine. Plus il alimente de composantes de l'habitation, plus le système est amorti rapidement (5 ans, 10 ans, 20 ans...).

La chaleur des capteurs préchauffe l'eau en provenance de l'aqueduc, en amont du chauffe-eau conventionnel. Pour le chauffage de la maison, deux façons: la chaleur est transférée aux planchers radiants ou au système à air pulsé.

Enfin, si on a une piscine, on peut considérer que le surplus de chaleur, apporté en été par les capteurs solaires, la chauffe gratuitement.

«La première étape de ma relation avec un client consiste à le faire travailler, affirme, non sans humour Getulio DiMartino, installateur professionnel depuis 2008 (Centre Énergie Solaire). Il doit remplir une fiche détaillée sur ses habitudes. Puis, je lui soumets une analyse financière indiquant le temps d'amortissement.»

Panneaux PV

Les panneaux photovoltaïques (PV) produisent de l'électricité à partir de la lumière du jour. Leur coût est trois fois moins élevé qu'il y a 15 ans, et les ventes continuent de croître de 20 à 30% par année, chez les acheteurs non raccordés à Hydro-Québec. «Le marché arrive à maturité, commente Patrick Savoie, chef de division chez Rematek-Énergie. Les prix tendent toujours à baisser, mais pas au même rythme que depuis 15 ans.»

«Demandez au détaillant si le module est certifié, recommande Yves Poissant, spécialiste des technologies photovoltaïques chez CanmetÉNERGIE (Ressources naturelles Canada): une certification pour la sécurité (UL ou cUL) et une autre pour la performance (CSA). Informez-vous de sa résistance à la grêle et au poids de la neige. Enfin, le module pourra-t-il livrer 80% de sa performance pendant 20 à 25 ans? «À force de faire des tests, j'ai constaté que tous les produits certifiés se valent, à notre latitude: certains sont plus performants à la chaleur et d'autres au froid. Comme nous avons des étés et des hivers...»

Pour l'installation d'un système PV, «on ne peut pas se passer d'un expert, souligne Patrick Savoie, qui recommande de faire affaire avec un détaillant spécialisé.» Jeannot Schmidt, fondateur de Solaire Expert depuis 1999, renchérit: «Certaines personnes s'improvisent installateurs. Depuis quelques mois, je «répare» beaucoup de systèmes PV dont les appareils sont très bons, mais l'installation défectueuse.»

Quelques sites à consulter:

www.techno-solis.com

www.dsolaire.com

www.centreenergiesolaire.com

www.rematek-energie.com

www.survolte.net

www.solaireexpert.com

www.esq.qc.ca

www.ecohabitation.com