Après plusieurs jours d’une crise historique déclenchée par des conditions hivernales extrêmes, le Texas s’est levé vendredi sous un soleil clément. Mais le repos n’est pas pour bientôt. Pour l’heure, l’État de 29 millions d’habitants doit évaluer l’ampleur des dégâts, et compter ses morts.

Léa Carrier Léa Carrier
La Presse

« Imaginez la crise du verglas de 1998, mais à Cancún », raconte Camille Hébert, à sa sortie de la douche. Sa première depuis cinq jours.

La jeune Québécoise vit à Austin, capitale du Texas. Depuis lundi, l’État fait face à une vague de froid sans précédent. Des villes habituellement peu touchées par la neige ont été frappées par une tempête.

C’est déconcertant, et une fois que le grandissime de la tempête passe, on se rend compte à quel point ça fait peur. C’était la panique.

Camille Hébert

Pour éviter la surchauffe de tout le réseau, les compagnies d’électricité du Texas ont décidé de couper le courant de quelque 4,3 millions de foyers et d’entreprises. Le gouverneur de l’État, Greg Abbott, a fait de même avec l’alimentation en eau : il a demandé à sa population de la ménager le plus possible, afin de prévenir de nouvelles ruptures de canalisations. « Heureusement, nous avons encore de la neige, on [peut la faire] fondre », rigole presque Mme Hébert.

PHOTO FOURNIE PAR CAMILLE HÉBERT

Une tempête historique a frappé l’État du Texas, ces derniers jours. La mort d’au moins 58 personnes est liée aux conditions météorologiques.

Abraham Roberts habite seul dans son appartement de Houston, dans le sud-est de l’État. Pendant des jours, il n’a eu ni eau ni chauffage. « Ma maison a été gelée pendant des jours. Mes mains et mes pieds étaient engourdis par le froid. Tout ce que je pouvais faire, c’était prier et me couvrir de couvertures », déplore Abraham Roberts en entrevue téléphonique avec La Presse. « Je ne pouvais pas aller travailler parce que les routes étaient gelées et glissantes. Les épiceries manquaient de tout. »

Selon l’Associated Press, au moins 58 morts sont liées à ces conditions brutales, dont les causes comprennent l’empoisonnement au monoxyde de carbone, les accidents de voiture, les noyades, les incendies de maison et l’hypothermie.

Un jeune garçon de 11 ans a été trouvé mort de froid dans son lit lundi matin à Conroe. La nuit précédente, toute la famille s’était regroupée dans la même pièce, pour tenter de se réchauffer.

Le lendemain, à Houston, une femme et une fille sont mortes d’un empoisonnement au monoxyde de carbone après avoir laissé en marche une voiture dans un garage attenant, afin de créer de la chaleur.

« Toutes les personnes que je connais sont en ce moment occupées à réparer les dégâts ou à rattraper tout le temps perdu », poursuit Abraham Roberts.

Vendredi soir, ils n’étaient plus que 113 000 foyers et entreprises du Texas toujours dans le noir. M. Roberts s’estime chanceux : il a retrouvé l’électricité jeudi, bien avant beaucoup d’autres. Mais il ne se réjouit pas trop vite : « Nous avons encore une nuit de gel potentiel et on nous a demandé d’économiser l’électricité autant que possible pour éviter une autre panne », lâche-t-il.

Aide d’urgence

Le président des États-Unis, Joe Biden, n’a pas attendu pour déclarer l’état d’urgence dans le second État du pays en superficie. De vastes ressources ont été déployées afin de venir en aide aux millions d’Américains sans eau ni courant.

L’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a fourni 60 générateurs et du carburant pour soutenir les usines de traitement de l’eau, les hôpitaux et les maisons de retraite au Texas, ainsi que 729 000 litres d’eau, 10 000 couvertures de laine, 50 000 couvertures de coton et 225 000 repas.

PHOTO MIKALA COMPTON, ASSOCIATED PRESS

Des résidants de New Braunfels remplissent des contenants d'eau à l'une des stations mises sur pied par la ville pour ceux dont l'alimentation en eau a été coupée.

À San Antonio, au cœur de l’État, plus de 500 véhicules ont fait la queue vendredi matin à la banque alimentaire, qui espère distribuer 100 000 livres de nourriture et d’eau ce week-end. Sur le site, des bénévoles et des patrouilleurs de la Garde nationale du Texas ont distribué des paniers de pommes de terre, d’oignons, de pain, de beurre d’arachide et d’autres denrées.

Vendredi, le président Biden a également déclaré qu’il signerait une déclaration de catastrophe majeure, ce qui permettrait à son gouvernement de fournir davantage d’aide au Texas. Il a aussi annoncé une visite dans l’État, la semaine prochaine.

PHOTO ERIC GAY, ASSOCIATED PRESS

Des voitures attendent en file pour recevoir de la nourriture et de l'eau à la banque alimentaire de San Antonio.

Retard des vaccins

L’administration de six millions de doses de vaccins contre la COVID-19 a été retardée au pays en raison des tempêtes de neige. Selon la Maison-Blanche, cela correspond à environ trois jours de retard.

« Nous demandons aux sites d’administration des vaccins de prolonger encore leurs heures d’ouverture et de proposer des rendez-vous supplémentaires, et d’essayer de programmer les vaccinations dans les jours et les semaines à venir, à mesure que l’approvisionnement augmente de manière significative », a déclaré Andy Slavitt, conseiller de la Maison-Blanche.

— Avec l’Associated Press, le New York Times et l’Agence France-Presse