(Washington) L’ancienne ambassadrice des États-Unis en Ukraine, dont le rappel a été évoqué au cours du procès en destitution du président Donald Trump, a estimé mercredi que la politique étrangère de Washington était « amorale ».

Agence France-Presse

Marie Yovanovitch a tenu ces propos lors d’un discours à l’université de Georgetown, où elle recevait un prix décerné par l’institut de diplomatie de ce célèbre établissement washingtonien.

« Actuellement, le département d’État a un problème », a-t-elle estimé. « Ses principaux dirigeants manquent de vision politique, de clarté morale et de capacité de direction ».

« Pour parler franchement, une politique étrangère amorale, jouant sur l’absence de clarté, qui remplace la confiance par les menaces, la peur et la confusion ne peut pas marcher à long terme », a déclaré Mme Yovanovitch.

Elle a appelé le département d’État à développer une relation plus forte avec le Congrès, à fournir une meilleure formation aux diplomates et à prendre au sérieux la nécessité de lutter contre la désinformation.

Le prix qui lui a été remis, le Trainor Award, a été décerné dans le passé à des personnalités comme la secrétaire d’État Madeleine Albright ou le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan.

Il est attribué à un Américain ou à un étranger « qui s’est distingué dans la conduite de la diplomatie », selon l’université de Georgetown.

Canadienne de naissance, Marie Yovanovitch a été avant l’Ukraine ambassadrice en Arménie et au Kirghizstan.

Avant qu’elle ne soit rappelée, Mme Yovanovitch a été critiquée en 2019 par Donald Trump lors d’une conversation téléphonique avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Par la suite, l’ancienne ambassadrice a témoigné contre M. Trump à la Chambre des représentants lors des débats qui ont abouti à la mise en accusation (impeachment) du président.

Les adversaires démocrates de M. Trump l’accusaient d’avoir fait pression sur l’Ukraine pour obtenir des informations compromettantes sur l’ancien vice-président démocrate Joe Biden, candidat à l’actuelle primaire en vue de l’élection présidentielle. Une accusation catégoriquement rejetée par M. Trump et par les républicains.

M. Trump a été acquitté lors du procès mené au Sénat.