(Washington) Un sénateur républicain a annoncé mercredi qu’il ferait objection à la certification par le Congrès américain du résultat de l’élection présidentielle la semaine prochaine, ce qui pourrait légèrement retarder, mais pas empêcher, la confirmation de la victoire du démocrate Joe Biden.

Agence France-Presse

Plusieurs élus républicains de la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, ont déjà annoncé qu’ils comptaient faire objection à la certification de la victoire du démocrate, encore contestée par Donald Trump. Mais le sénateur Josh Hawley est le premier à le dire à la chambre haute, à majorité républicaine.  

Aux États-Unis, le locataire de la Maison-Blanche est choisi au suffrage universel indirect, et le collège électoral a entériné le 14 décembre la victoire de Joe Biden. Le démocrate de 78 ans a remporté 306 grands électeurs contre 232 à Donald Trump.

La Chambre et le Sénat doivent se réunir le 6 janvier pour certifier ces résultats, une procédure qui relève d’ordinaire d’une simple formalité.  Le vice-président Mike Pence présidera la séance.  

Mais le président sortant refuse encore de reconnaître sa défaite et a présenté avec ses alliés des dizaines de recours en justice, qui ont été rejetés par les tribunaux faute d’éléments suffisants.  

Donald Trump reste très populaire auprès des électeurs républicains et plusieurs grands noms du Grand Old Party le suivent dans cette contestation. Parmi eux, le jeune sénateur Josh Hawley, pressenti à 40 ans comme un candidat à la présidentielle de 2024.  

« Pour le moins, le Congrès devrait enquêter sur les accusations de fraude électorale et adopter des mesures pour garantir l’intégrité de nos élections », a-t-il écrit dans un communiqué annonçant qu’il ferait objection à la certification des résultats.  

Concrètement, cette objection provoquera un débat et un vote au Sénat, ce qui forcera donc les républicains à se prononcer publiquement sur l’élection de Joe Biden.  

Manifestation le 6 janvier

À la Chambre comme au Sénat, il n’y aura pas assez de voix pour remettre en cause le résultat de la présidentielle du 3 novembre, et ces votes n’empêcheront pas Joe Biden d’être certifié vainqueur.  

Interrogée sur cette objection, la présidente de la Chambre Nancy Pelosi s’est d’ailleurs montrée confiante : « Je n’ai aucun doute sur le fait que mercredi prochain […], Joe Biden sera confirmé, par la certification du vote du collège électoral, comme le 46e président des États-Unis », a-t-elle déclaré en conférence de presse.  

Cette certification n’est qu’une « formalité », a renchéri la porte-parole de Joe Biden, Jen Psaki. « Et peu importe ce que certains feront le 6 janvier, le président élu Biden sera investi le 20 » janvier comme prévu, a-t-elle martelé.  

Le démocrate a remporté le nombre record de 81,28 millions de voix, soit 51,3 % des suffrages, contre 74,22 millions (46,8 %) à Donald Trump.

Le président sortant a encore enjoint mercredi ses partisans à se rassembler à Washington lors de la séance du Congrès. « Le 6 janvier, rendez-vous à D. C ! », a-t-il tweeté, en référence au District de Columbia où se trouve la capitale fédérale.  

Parmi eux, des groupes violents comme la milice d’extrême droite « Proud Boys » devraient à nouveau défiler dans les rues de Washington après une manifestation similaire le 12 décembre, qui avait dégénéré.