(Washington) Près de 100 000 infections à la COVID-19 ont été détectées mercredi aux États-Unis en 24 h, un nouveau record au lendemain de l’élection présidentielle, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Agence France-Presse

Avec 99 660 cas recensés à 20 h 30 et ses plus de 233 000 morts du coronavirus, le pays est de loin le plus endeuillé par la pandémie, qui a eu des répercussions sur le scrutin ayant opposé Joe Biden à Donald Trump mardi et sur l’annonce de ses résultats.

La pandémie a notamment poussé des millions d’électeurs à voter par courrier de façon anticipée pour éviter les queues du jour de l’élection, ce qui provoque d’importants retards dans les dépouillements.  

Mercredi soir, des bulletins envoyés par courrier étaient encore comptés en Pennsylvanie, Géorgie et Caroline du Nord, autant d’États décisifs pour décrocher les clefs de la Maison-Blanche.

La pandémie a surtout plongé le pays dans la pire crise sanitaire depuis la grippe espagnole de 1918 et la pire récession depuis la crise de 1929.  

Actuellement, la situation la plus difficile concerne le nord des États-Unis et le Midwe t.

Le pays a déploré 1112 décès en 24 heures, selon Johns Hopkins. Il a détecté depuis le début de la pandémie 9 477 239 cas de coronavirus.

Et le démocrate Joe Biden a fait de la gestion de la crise sanitaire son principal angle d’attaque contre son rival Donald Trump. Le président avait lui-même contracté la COVID-19 début octobre.  

Des millions d’Américains ont perdu leur emploi, et malgré un rebond impressionnant au troisième trimestre, beaucoup n’ont pas retrouvé de travail depuis. De quoi faire s’effondrer l’argument électoral le plus fiable des présidents américains en quête d’un second mandat, celui de la vigueur économique.