(Washington) L’université de Caroline du Nord à Chapel Hill a annoncé lundi le passage aux cours en virtuel pour près de 20 000 de ses étudiants après des dizaines de cas positifs la semaine de la rentrée, se résignant à un choix déjà fait par des centaines d’autres universités.

Agence France-Presse

La décision fait écho aux nombreuses villes américaines qui ont opté pour une rentrée hybride (quelques jours par semaine en classe) pour leurs écoles primaires et secondaires, ou 100 % virtuelle dans le cas de grandes villes dont Chicago, Houston, Los Angeles et Washington.

À UNC Chapel Hill, 177 étudiants ayant été déclarés positifs sont actuellement en isolement, et le taux de positivité des tests réalisés sur le campus est passé de 2,8 % à 13,6 % la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, selon une annonce de l’université publique, l’une des plus cotées du pays. Au total, 349 étudiants ont été placés en quarantaine.

Des foyers ont éclaté dans plusieurs résidences universitaires et dans la maison d’une fraternité, selon le journal étudiant Daily Tar Heel.

Seuls 60 % des logements universitaires étaient occupés pour cette rentrée, et 30 % des étudiants présents physiquement en cours, mais la direction de l’université a annoncé qu’à partir de mercredi, tous les étudiants du premier cycle (undergraduate, les quatre premières années) passeraient en instruction à distance. Selon le site de UNC, cela concerne plus de 19 000 étudiants.

PHOTO JULIA WALL, THE NEWS & OBSERVER VIA AP

Des étudiants patientent pour accéder au gymnase Woolen Gym.

En revanche, les étudiants plus avancés, en maîtrise, doctorat et programmes professionnels, soit plus de 10 000 personnes, pourront continuer à venir en personne.

« Nous comprenons l’inquiétude et la colère que ces changements provoqueront chez de nombreux étudiants et parents », ont écrit le président de UNC Chapel Hill, Kevin Guskiewicz, et le recteur Robert Blouin. « Mais nous estimons que les données actuelles présentent une situation intenable ».

Chapel Hill avait travaillé pendant des mois pour concilier pandémie et rentrée en personne. Elle avait distribué des kits contenant masques, gel hydroalcoolique, thermomètre et clé sans contact. Les cours avaient été espacés de 30 minutes. Le masque était obligatoire. La configuration des classes avait été aménagée pour permettre la distanciation. Les rassemblements de plus de 10 personnes en intérieur étaient interdits.

Mais c’est la vie en dehors du campus qui semble avoir été hors de portée des administrateurs de l’université : début août ils avaient écrit aux membres des clubs de fraternités et de sororités pour leur reprocher leur mépris des consignes et l’organisation de fêtes, allant jusqu’à les menacer d’expulsion de l’université.

Sur près de 3000 universités et autres établissements d’enseignement supérieur aux États-Unis, 30 % ont choisi l’enseignement principalement ou totalement en ligne, 15 % un modèle hybride, et 23 % principalement ou totalement en personne, le reste n’ayant pas encore annoncé le format, selon les statistiques compilées par la College Crisis Initiative.