(NEW YORK) Une âme charitable pourrait saluer l’altruisme d’Amy Klobuchar. La semaine dernière, la sénatrice blanche du Minnesota a annoncé qu’elle retirait son nom de la liste des colistières potentielles de Joe Biden. « Je pense que c’est le moment de mettre le nom d’une femme de couleur sur ce bulletin de vote », a-t-elle dit sur MSNBC après avoir évoqué les manifestations antiracistes qui continuaient sans relâche depuis le meurtre de George Floyd.

RICHARD HÉTU RICHARD HÉTU
Collaboration spéciale

Un esprit moins généreux pourrait souligner qu’Amy Klobuchar n’était déjà plus dans la course. Car le meurtre de George Floyd a rappelé son bilan controversé comme procureure du comté de Hennepin, dont Minneapolis est le siège : en huit ans à ce poste, elle n’a pas inculpé un seul policier accusé d’usage abusif de la force. Sans compter que son interview sur MSNBC représentait un beau croc-en-jambe aux deux autres politiciennes blanches pressenties pour seconder Joe Biden – la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren et la gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer.

Il reste qu’Amy Klobuchar a exprimé une opinion largement partagée chez les démocrates. Lors de son dernier débat contre Bernie Sanders, à la mi-mars, Joe Biden s’était engagé à choisir une femme comme candidate démocrate à la vice-présidence. Or, depuis le meurtre de George Floyd, les pressions en faveur de la sélection d’une colistière de couleur sont devenues quasiment irrésistibles.

« Je ne dirai pas que les événements des trois dernières semaines forceront la main de Joe Biden. Mais je pense que ces événements l’aideront à choisir une femme noire », avance Keesha Middlemass, politologue à l’Université Howard, institution surnommée la « Black Harvard », à Washington. 

« C’est une occasion pour Biden de solidifier ses appuis parmi les électeurs noirs, qui sont la cheville ouvrière du Parti démocrate. Et c’est particulièrement le cas dans les États pivots comme la Pennsylvanie, le Wisconsin et le Michigan. »

Kamala Harris, la préférée

Mais quelle colistière choisir parmi les candidates potentielles ? Du 1er au 9 juin derniers, l’Université Monmouth a posé la question à plus de 2000 démocrates. Une majorité d’entre eux ont nommé une femme noire comme candidate idéale à la vice-présidence. 

Kamala Harris, sénatrice de Californie, a largement devancé Stacey Abrams, candidate au poste de gouverneur de Géorgie en 2018, Val Demings, représentante de Floride, Michelle Obama, ancienne première dame (qui ne veut rien savoir de la politique), Susan Rice, ancienne conseillère de Barack Obama pour la sécurité nationale, et Keisha Lance Bottoms, mairesse d’Atlanta.

Parmi les politiciennes blanches, Elizabeth Warren et Amy Klobuchar se placent entre Kamala Harris et Stacey Abrams.

De commenter Patrick Murray, directeur des sondages de l’Université Monmouth : 

Les électeurs ne sont pas les meilleurs stratèges, mais le candidat doit être à l’écoute de sa base. Et de nombreux électeurs démocrates pensent qu’une femme de couleur sur le ticket serait un coup de circuit.

Patrick Murray, directeur des sondages de l’Université Monmouth

Mike Mikus, stratège blanc de la région de Pittsburgh, en Pennsylvanie, croit que les électeurs démocrates ont raison sur cette question.

« Je pense vraiment que la sélection d’une colistière de couleur aiderait en Pennsylvanie », dit-il en parlant d’un des trois États pivots que Donald Trump a ravis aux démocrates en 2016 avec le Michigan et le Wisconsin. « De façon générale, je pense que les gens surestiment l’impact qu’aura le choix d’un colistier sur le résultat de l’élection. Mais, compte tenu des manifestations des dernières semaines, je pense que cela contribuerait à mobiliser les communautés afro-américaines de Pittsburgh, de Philadelphie et des autres endroits où elles sont présentes en Pennsylvanie. »

Le sondage de l’Université Monmouth ne mesure pas comment le choix d’une colistière de couleur serait perçu par les électeurs indépendants ou les républicains modérés qui seraient tentés d’abandonner Donald Trump. Un tel choix pourrait-il faire perdre des voix à Joe Biden ?

« Je pense que les électeurs qui ont un problème avec les Afro-Américains vont toujours finir par voter pour Donald Trump, avec ou sans une colistière de couleur, répond Mike Mikus. Je ne pense pas que Joe Biden perdra un seul vote s’il choisit une femme de couleur. »

Un choix « électrisant »

Le stratège démocrate préfère Kamala Harris ou Val Demings aux autres candidates de couleur potentielles, groupe qui inclut deux politiciennes hispaniques – Michelle Lujan Grisham, gouverneure du Nouveau-Mexique, et Catherine Cortez Masto, sénatrice du Nevada –, de même que Tammy Duckworth, sénatrice d’Illinois, dont la mère est thaïlandaise.

« Harris est déjà connue, et même si elle a quitté assez rapidement la course à l’investiture démocrate, je pense que les gens ont été impressionnés par sa performance comme candidate et comme sénatrice. Val Demings est beaucoup moins connue, mais elle siège à la Chambre des représentants, ce qui la qualifie et l’habilite à assumer la fonction de président. Qui plus est, elle a été chef de police à Orlando, ce qui donne beaucoup de crédibilité aux réformes policières qu’elle propose. »

Keesha Middlemass, politologue à l’Université Howard, miserait également sur Val Demings. Selon elle, la représentante de 63 ans pourrait notamment aider Joe Biden à enlever la Floride, un État crucial. Mais le premier nom qu’elle mentionne est celui de Stacey Abrams, dont le choix serait « excitant, électrisant ».

Et si Joe Biden, qui a promis de se prononcer avant le 1er août, finissait par choisir une colistière blanche ?

« Si Biden choisit une femme noire ou hispanique, tout ira bien pour lui, répond Keesha Middlemass. S’il choisit une femme blanche, je pense qu’il y aura un certain malaise. Je pense que les gens ne seront pas aussi enthousiastes à l’idée de voter. Mais tout ce que les gens auront à faire sera de regarder l’administration Trump et de se dire : “OK, Biden, c’est ton choix, c’est la personne avec laquelle tu es à l’aise, je te soutiendrai.” »

Cela dit, ne pariez pas trop d’argent sur ce dernier scénario.