(Washington) Le président américain Donald Trump a estimé lundi que les meetings de campagne ne posaient pas de problème particulier par rapport à l’épidémie de coronavirus face à laquelle, a-t-il réaffirmé, les États-Unis sont bien préparés.

Agence France-Presse

« Je pense que c’est très sûr », a affirmé M. Trump, interrogé dans le bureau Ovale sur d’éventuelles inquiétudes liées à la propagation du virus lors de ces grands rassemblements en divers points du pays.

« Vous pourriez demander cela aux démocrates. Ils font des meetings, ils sont en campagne », a-t-il ajouté.

Le milliardaire républicain, qui doit participer lundi soir à un rassemblement « Keep America Great » à Charlotte, en Caroline du Nord, briguera le 3 novembre un deuxième mandat de quatre ans.

PHOTO JOSHUA LOTT, AFP

Deux partisans de Donald Trump réagissent à ses propos lors d'une allocution électorale vendredi à North Charleston, en Caroline du Sud.

« Nous travaillons très dur », a-t-il martelé, soulignant qu’il rencontrerait lundi après-midi les représentants des grands groupes pharmaceutiques pour faire un point sur la recherche.

« Nous leur avons demandé d’accélérer tout ce qu’ils font en termes de vaccins », a-t-il souligné.

Relativement épargnés jusqu’ici, les États-Unis ont enregistré au cours du weekend leurs deux premiers décès liés au coronavirus, dans la région de Seattle (État de Washington), sur la côte ouest, région la plus touchée.

Le premier cas de coronavirus a été par ailleurs identifié à New York chez une femme, une professionnelle de la santé de 39 ans, rentrée récemment d’un séjour en Iran.

« Il n’est pas possible que [le virus] soit aussi répandu à travers le monde et dans le pays sans que New York soit touchée », a commenté le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, précisant cependant qu’il n’y avait pas lieu « de s’alarmer à ce stade ».