L’été dernier, Russell J. Ledet, qui habite La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, a reçu la visite d’un ami qu’il avait connu durant la première partie de ses études en médecine. Les deux hommes ont décidé d’aller visiter la plantation Whitney, à environ une heure de route à l’ouest de La Nouvelle-Orléans, sur la route de Baton Rouge.

Judith Lachapelle Judith Lachapelle
La Presse

Il s’agit d’une très ancienne plantation de canne à sucre transformée en musée de l’esclavage, où les visiteurs peuvent voir le somptueux manoir des années 1790 des propriétaires blancs et les cabanes de bois de leurs esclaves – une centaine d’Afro-Américains y étaient exploités dans les années 1860.

Sur le chemin du retour, la fille de 8 ans de Russell, impressionnée par sa visite, leur a fait remarquer que le fait qu’un homme de race noire, comme son père, allait bientôt devenir médecin était quand même extraordinaire. « J’ai répondu qu’elle avait raison », raconte à La Presse au téléphone Russell J. Ledet. « Il faut réaliser qu’on vient de loin. »

Ainsi est née l’idée de capturer en une image tout ce chemin parcouru par les Afro-Américains depuis les jours sombres où ils étaient considérés comme des possessions de propriétaires terriens, privés de leurs droits et de leurs ambitions.

Russell J. Ledet, étudiant en deuxième année à l’école de médecine de l’Université Tulane à La Nouvelle-Orléans et déjà titulaire d’un diplôme d’oncologie moléculaire de l’Université de New York, n’a pas eu de mal à convaincre des condisciples de participer à ce projet photographique très spécial. Au début du mois, un groupe de 15 étudiants afro-américains en médecine de Tulane ont fait le voyage jusqu’à la plantation pour une séance photo devant les cabines des esclaves. Ils portent le sarrau blanc identifié à leur profession et regardent l’objectif d’un air déterminé.

IMAGE TIRÉE DE TWITTER

« Nous sommes le rêve le plus fou de nos ancêtres », a écrit Russell J. Ledet sur Twitter.

« Nous sommes le rêve le plus fou de nos ancêtres », a écrit Russell le 14 décembre sur Twitter, en diffusant la photo tirée de l’expédition.

« On savait que ça allait toucher des gens »

L’effet a été instantané. Cette semaine, Russell J. Ledet a été vu et entendu sur les plus grands réseaux nationaux de télévision, de CNN à ABC, sur le réseau de radio publique NPR et dans le magazine People, notamment. « Je ne peux pas dire que ça me surprend vraiment, dit-il. On savait que ça allait toucher des gens. Je pense avoir dit à mes amis quelque chose du genre : “Ça pourrait devenir une photo emblématique.” Et en effet, c’est un peu ce qui arrive. »

« Le nombre de médecins qui sont issus de minorités raciales n’est pas très élevé. Et le nombre d’hommes de race noire qui entrent en médecine décline depuis un moment », fait-il remarquer, sans pour autant proposer d’explication à ce phénomène. De fait, seuls trois hommes apparaissent sur la photo parmi une douzaine de femmes. « J’espère que cette photo inspirera des jeunes, comme si on leur disait : “Tu peux le faire. C’est possible.” »

Car c’est justement le but de la photo : montrer des étudiants en médecine de race noire. « C’est une question d’image, de représentation. Ça a un grand rôle à jouer quant à la façon dont on réalise ses rêves. Si vous voyez des gens qui font quelque chose que vous aimeriez faire, vous pouvez vous identifier à eux, être inspiré. Typiquement, les gens sont inspirés par des gens auxquels ils ressemblent. »

PHOTO TIRÉE DU SITE WEB DE LA NYU GROSSMAN SCHOOL OF MEDICINE

Russell J. Ledet

Sa condisciple Sydney Labat a confié au magazine People avoir pleuré en visitant la plantation. « Je suis reconnaissante que [mes ancêtres] aient été résilients parce que ça m’a permis de l’être à mon tour et d’être ce que je suis aujourd’hui, a-t-elle dit. J’espère que je les rends fiers en réalisant mon rêve et en exerçant ma liberté. »

Les étudiants souhaitent maintenant faire imprimer la photo à 100 000 exemplaires et la distribuer dans des écoles partout aux États-Unis, « pour qu’elle soit vue par les enfants », dit Russell J. Ledet.

« Je suis absolument certain qu’on va avoir un impact. J’ai encore reçu un message ce matin d’un garçon qui a été inspiré par la photo », dit l’étudiant louisianais, avant d’éclater de rire. « Vous-même, ça vous a incitée à m’appeler de Montréal ! »

En chiffres

12 %
Proportion de la population américaine de race noire

6 %
Proportion des médecins d’origine afro-américaine aux États-Unis

Source : Data USA