(Miami) La ville de Pensacola, où un militaire saoudien en formation aux États-Unis a tué trois personnes vendredi sur une base aéronavale, a été victime d’une cyberattaque, ont indiqué lundi les autorités locales, sans établir pour le moment de lien direct entre les deux événements.  

Agence France-Presse

Courriels, lignes téléphoniques et services de paiement en ligne ont été affectés par la cyberattaque, a fait savoir la municipalité de la Floride sur sa page Facebook.

« Nous regardons à l’heure actuelle dans deux directions distinctes », a déclaré lors d’une conférence de presse le maire de Pensacola, Grover Robinson.  

« Nous essayons de savoir qui a fait cela. Et nous essayons dans un deuxième temps de remettre en marche notre système », perturbé depuis vendredi soir, a-t-il précisé.  

Mohammed Alshamrani, un sous-lieutenant dans l’armée de l’Air saoudienne, a ouvert le feu vendredi sur la base aéronavale de la ville, faisant trois morts et huit blessés avant d’être abattu par la police.

PHOTO FBI VIA AFP

La police fédérale américaine (FBI), qui enquête sur cette fusillade « avec la présomption qu’il puisse s’agir d’un acte terroriste », a dit avoir été informée de la cyberattaque par la municipalité.  

« Nous lui fournissons des ressources pour lui venir en aide », a tweeté le bureau de Jacksonville [Floride] du FBI, précisant qu’aucune autre information n’était « disponible pour le moment ».