(Washington) « Intervenir au Moyen-Orient fut la pire décision de l’histoire des États-Unis », a affirmé mercredi Donald Trump, trois jours après avoir annoncé le retrait de troupes américaines de secteurs proches de la frontière turque, dans le nord de la Syrie.

Agence France-Presse

Cette annonce surprise, dimanche, semblait donner le feu vert à une opération militaire turque contre les forces kurdes, alliées de Washington dans la lutte antidjihadiste.

Critiqué jusque dans son propre camp, le président américain a depuis multiplié les déclarations, parfois contradictoires, sur ce dossier, menaçant notamment la Turquie de lourdes représailles économiques si elle venait à « dépasser les bornes ».

Mais il se montre déterminé à « mettre fin aux guerres sans fin », l’une de ses promesses de campagne.    

« Les États-Unis n’auraient jamais dû aller au Moyen-Orient », a-t-il encore jugé mercredi. « Les guerres sans fin stupides sont terminées pour nous ! »

« Nous ramenons désormais lentement et sûrement nos formidables soldats et militaires à la maison », a ajouté dans un autre tweet matinal le milliardaire républicain, selon lequel les conflits au Moyen-Orient ont coûté aux États-Unis quelque « 8000 milliards de dollars » et des milliers de vies.

« Nous sommes partis en guerre en raison d’une assomption fausse et désormais avérée comme telle : des armes de destruction massive. Il n’y en avait aucune ! », a-t-il écrit à propos de l’intervention américaine en Irak en 2003.