(Washington) Les démocrates multiplient les appels à la démission du secrétaire au Travail de Donald Trump pour avoir conclu en 2008, lorsqu’il était procureur fédéral, un accord considéré favorable au riche financier Jeffrey Epstein, accusé d’avoir agressé sexuellement des filles mineures.  

Agence France-Presse

Alexander Acosta, âgé aujourd’hui de 50 ans, travaillait comme procureur fédéral en Floride lorsque ses services ont conclu cet accord avec Jeffrey Epstein, 66 ans.

Ce riche investisseur en fonds spéculatifs a de nouveau été inculpé lundi à New York d’exploitation sexuelle de dizaines de mineures. Il encourt jusqu’à 45 ans de prison.

AP

Jeffrey Epstein était en cour, lundi.

Or M. Epstein, qui a entretenu de nombreuses amitiés notamment avec Donald Trump, l’ex-président démocrate Bill Clinton ou encore le prince Andrew, fils de la reine Élisabeth II, avait été visé par des accusations semblables en Floride il y a une décennie.  

Mais il avait échappé à une dure peine en négociant un accord avec les services de M. Acosta, qui avait été tenu secret jusqu’à l’annonce de la condamnation. Au final, M. Epstein était resté détenu 13 mois seulement.

Cet accord «inadmissible» n’avait pas été communiqué «à ses jeunes victimes courageuses, ce qui les avaient empêchées d’exiger justice», s’est indignée la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Le président Trump le savait «quand il l’a nommé à son cabinet», a-t-elle poursuivi sur Twitter.  

Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a renchéri dans l’hémicycle : «Epstein aurait dû se retrouver derrière les barreaux mais malheureusement le secrétaire au Travail Alex Acosta a offert à Epstein un accord un or».  

REUTERS

Chuck Schumer

Donald Trump a lui déclaré mardi que M. Acosta était «un excellent secrétaire au Travail».  

«Pour le reste, nous allons devoir nous pencher là-dessus, nous y pencher avec beaucoup d’attention, mais cela remonte à longtemps», a-t-il poursuivi devant les reporters.  

Quant à M. Epstein, qu’il avait décrit en 2002 comme «un type génial», Donald Trump a affirmé mardi qu’il s’était brouillé avec lui il y a longtemps. «Je crois que je ne lui ai pas parlé depuis 15 ans».

M. Acosta s’est réjoui mardi des nouveaux développements concernant M. Epstein, en laissant entendre, sur Twitter, qu’il n’avait pas eu tous les éléments à l’époque.  

«Maintenant que de nouveaux indices et des témoignages supplémentaires sont disponibles, les poursuites menées à New York offrent l’occasion de le traduire en justice», a-t-il dit.