Sébastien Bérardan a vécu son premier séisme vendredi à Los Angeles. Et pas n’importe quel : le plus important que la Californie ait connu depuis près de 20 ans. Mais, de l’avis des sismologues, ce ne sera pas le dernier. Jusqu’à 30 000 répliques pourraient suivre dans les prochains mois.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

Aucun décès ni blessé n’a été signalé à la suite de l’impressionnante secousse d’une magnitude de 7,1, survenue près de la ville de Ridgecrest, dans le sud de l’État, où un premier séisme d’une magnitude de 6,4 avait été enregistré la veille, causant des fissures dans des bâtiments et provocant des incendies.

Seulement 28 000 personnes vivent dans cette région de la Californie. Mais les risques de graves répliques et les températures élevées prévues au cours des prochains jours (38 degrés Celsius) font craindre le pire. Le Pentagone a déclaré que tout le département était en état d’urgence.

« C’était un gros tremblement de terre », relate Sébastien Bérardan, qui a vécu près de 20 ans à Saint-Hubert, en banlieue de Montréal, avant de déménager à Los Angeles il y a un an et demi. « Il a duré longtemps, une bonne trentaine de secondes. »

M. Bérardan était chez lui quand la terre s’est mise à trembler. Il a senti une petite secousse qui a duré deux secondes. Puis, son chat a bondi sur le lit. Et 30 secondes plus tard, un séisme majeur faisait virevolter les stores de son appartement dans tous les sens. « C’était un peu comme un gros camion qui passe. Ça secoue et ça secoue encore », explique-t-il.

À Los Angeles, située à environ 240 km au sud-ouest de Ridgecrest, tout le monde ne parle encore que de ça. Mais selon M. Bérardan, la vie reprend aussi son cours normal. « Au café, hier, c’était le sujet de conversation du jour, dit-il. Mais, autour de moi, on ne sent pas de vent de panique. Ce sont surtout les médias qui parlent du “Big One” ».

De l’avis des experts, le séisme de vendredi a probablement eu lieu le long d’une ligne de faille sur environ 40 kilomètres. Des milliers d’autres secousses sont attendues d’ici la fin de l’année 2019. La possibilité qu’un autre tremblement de terre d’une magnitude de 7 se produise la semaine prochaine est d’environ 30 %, ont affirmé les sismologues. Mais un ou deux séismes de magnitude 6 sont attendus.

Sébastien Bérardan, ancien professeur de mathématiques recyclé dans la figuration au cinéma, ne compte pas quitter sa Californie d’adoption pour autant. « Si le “Big One” survient, oui. Mais pour le moment, non. »

– Avec Associated Press