L'un des deux suspects de la fusillade qui a fait un mort et huit blessés mardi dans un établissement scolaire de la banlieue de Denver, au Colorado, est une mineure, a fait savoir la police au lendemain du drame.

Agence France-Presse

Le shérif du comté de Douglas avait initialement annoncé avoir arrêté deux garçons, tous deux scolarisés à l'école STEM de la ville de Highlands Ranch: l'un âgé de 18 ans, ainsi qu'un mineur.

Il s'agit en fait d'une mineure, a précisé mercredi matin lors d'une conférence de presse le shérif Tony Spurlock, disant que son équipe avait été induite en erreur par «l'apparence» de la suspecte avant d'avoir pu lui parler.

AP

Tony Spurlock

Il a par ailleurs indiqué que trois des huit élèves blessés par balle se trouvaient toujours en soins intensifs dans des hôpitaux de la région, d'où les autres sont sortis.

Les autorités ont communiqué mercredi l'identité de la victime: Kendrick Ray Castillo, un élève de 18 ans qui aurait dû quitter l'établissement en fin de semaine, à l'issue de l'année scolaire.

«Notre nation pleure face à la violence indicible qui a pris une jeune vie précieuse et causé d'autres blessures graves dans le Colorado», a tweeté le président Donald Trump, saluant la «bravoure» des forces de l'ordre. 

Le shérif Spurlock a donné lors de la conférence de presse quelques détails sur l'interpellation des deux suspects, dont l'un a été neutralisé par «l'agent de sécurité armé» de l'école avant que la police n'arrive «en deux minutes» sur les lieux.

«Nous n'avons pas échangé de coups de feu avec eux», a-t-il souligné.

AP

Kendrick Ray Castillo

Deux armes de poing ont été saisies, a-t-il encore dit, notant que l'enquête se poursuivait en collaboration avec le FBI. Les réseaux sociaux, téléphones et ordinateurs des deux suspects sont notamment analysés afin de trouver une raison à leur geste.

Le premier suspect devait être présenté à un tribunal dans l'après-midi pour son audience d'inculpation. 

Le gouverneur démocrate du Colorado, Jared Polis, a dénoncé au cours de la même conférence de presse «un acte de violence gratuit comme l'Amérique en voit trop souvent».

L'État qu'il dirige venait de commémorer le vingtième anniversaire de la tuerie de l'école secondaire de Columbine, où deux élèves de 17 et 18 ans lourdement armés ont abattu le 20 avril 1999 douze de leurs camarades et un professeur, avant de se suicider.

«Nous ne pouvons pas être résumés à cela. Cet acte odieux ne représente pas ce que nous sommes», a affirmé George Brauchler, procureur du district concerné.