(New York) Quelque 51 % des Américains se disent favorables au renforcement du rôle de la religion dans leur pays, contre seuls 18 % s’y disant opposés, selon une enquête de l’institut indépendant Pew Research Center, réalisée dans plusieurs pays et publiée lundi.

Agence France-Presse

Les États-Unis sont, avec la Grèce (51 % également), l’un des pays occidentaux où la proportion est la plus forte parmi ceux interrogés dans le cadre de cette étude réalisée simultanément dans 27 pays au printemps 2018.

Le poids de la religion est important aux États-Unis, où le président prête traditionnellement serment la main sur une bible et où la mention « In God We Trust » (« Nous croyons en Dieu ») figure sur tous les billets de banque.

Le président Donald Trump est considéré comme proche du mouvement évangélique, dont fait partie le vice-président Mike Pence, hostile à la communauté LGBT et opposé à l’avortement.

En France, en Suède ou aux Pays-Bas, la situation est quasiment inverse à celle des États-Unis, avec respectivement 47 %, 51 % et 45 % des personnes sondées se disant opposées à ce que la religion prenne une place plus importante dans la société.

Parmi les 27 pays de l’étude, le Japon (15 %) et la France (20 %) sont ceux où la proportion d’habitants favorables à un poids accru de la religion est la plus faible.

Indonésie (85 %), Kenya (74 %), Nigeria (74 %) et Tunisie (69 %) arrivent pour leur part en tête des nations dans lesquelles les sondés se disent le plus favorables à un renforcement de la place de la religion.

L’étude ne fait aucune distinction entre religions.  

Aux États-Unis, la proportion monte à 61 % parmi les 50 ans et plus, mais reste élevée chez les 30-49 ans (46 %), et même les 18-29 ans (39 %).

Quant à la place actuelle de la religion dans la société, 58 % des Américains estiment qu’elle est moins importante qu’il y a 20 ans aux États-Unis.

L’enquête a été réalisée avec un échantillon représentatif d’au moins 1000 personnes dans chaque pays étudié.