Un infirmier, soupçonné d'avoir violé une patiente en état végétatif depuis plus de dix ans, a été arrêté dans l'Arizona après que celle-ci eut accouché d'un bébé fin décembre, a annoncé la police mercredi.

Mis à jour le 23 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

La victime a donné naissance à un petit garçon en bonne santé le 29 décembre, dont l'ADN a été relié à celui du suspect, permettant cette arrestation, a annoncé la police de Phoenix.  

Le suspect, Nathan Sutherland, âgé de 36 ans, fait face à deux chefs d'accusation, pour agression sexuelle et abus sur un adulte vulnérable, a déclaré le sergent Tommy Thompson lors d'une conférence de presse.  

M. Sutherland est « un infirmier agréé qui était responsable des soins à la victime au moment de l'agression sexuelle », a expliqué la chef de la police de Phoenix, Jeri Williams.

Elle a précisé n'avoir jamais fait face à un tel cas en plus de 30 ans de carrière.

La victime, âgée de 29 ans, « n'était pas en position de donner son consentement », a précisé la police.

Selon un communiqué de la famille de la jeune femme, relayé par les médias américains, la victime « a un handicap mental important à cause de crises survenues tôt dans son enfance ».

Elle « ne peut pas parler, mais a une petite capacité à bouger ses membres, sa tête et son cou », « répond aux bruits et est capable de montrer des expressions faciales », précise la famille.

La victime était hospitalisée dans le centre Hacienda Healthcare, qui apporte des soins à environ 2500 personnes par an dans tout l'État de l'Arizona.

« C'est un centre dans lequel vous devriez être en sécurité, et cela n'a pas été le cas pour une personne », a déclaré la maire de Phoenix Thelda Williams, lors de la même conférence de presse.

Le PDG du centre a démissionné à la suite du scandale, selon un communiqué.  

Le personnel n'avait pas remarqué que la victime était enceinte, et n'a été alerté que lorsqu'il l'a « entendue gémir », avait rapporté une source citée par la télévision locale début janvier.  

« Le bébé, selon ce que l'on me dit, va bien », a informé le sergent Thompson. « On ne peut pas toujours choisir la façon dont nous venons au monde, mais ce que nous pouvons faire, en tant que communauté, est aimer cet enfant », a-t-il dit.

L'avocat de la famille de la victime a déclaré que l'enfant était « né au sein d'une famille aimante qui prendrait soin de lui », selon le New York Times.