(Washington) La police de l’immigration américaine a ajouté le ministre vénézuélien de l’Industrie Tareck El Aissami, suspecté de trafic de drogue, sur leur liste des fugitifs les plus recherchés, ont-ils fait savoir mercredi.

Agence France-Presse

M. El Aissami figure depuis février 2017 sur la liste des trafiquants de drogue de Washington. Il a par la suite été inculpé aux États-Unis pour avoir contourné des sanctions du Trésor américain liées au trafic de drogue, en ayant notamment recours à des jets privés de sociétés américaines pour voyager.

« Avez-vous vu ce fugitif très recherché ? », a écrit la police américaine de l’immigration (ICE) sur son compte Twitter, accompagnant son message d’une photo du ministre de Nicolas Maduro. « Il est recherché pour trafic international de drogue. »

« Dans ses fonctions passées, il supervisait ou contrôlait partiellement des cargaisons de drogue de plus de 1000 kg envoyées depuis le Venezuela, et ce à de multiples occasions, dont certaines ayant pour destination finale le Mexique ou les États-Unis », a précisé la police de l’immigration dans un communiqué.  

S’il est arrêté et extradé, Tareck El Aissami, qui a également été vice-président du Venezuela, encourt jusqu’à 30 ans de prison.  

M. El Aissami a dénoncé un « sale tour », et s’est déclaré loyal au régime de Nicolas Maduro. « Accusez-nous de tout ce que vous voulez […], nous gagnerons », a-t-il affirmé.

Son inculpation en mars était une première pour un ministre vénézuélien aux États-Unis depuis le début de la grave crise politique à laquelle fait face le Venezuela depuis des mois.  

Le gouvernement de Donald Trump a reconnu fin janvier le leader de l’opposition, Juan Guaidó, en tant que président par intérim.