Le Sénat américain a adopté mercredi après un vote final un programme d'indemnisation chômage d'urgence pour aider quelque 2,5 millions de chômeurs jusqu'en novembre, alors que le taux de chômage aux Etats-Unis -- à 9,5% -- reste historiquement élevé.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Après un premier vote mardi visant à mettre fin à plusieurs jours de blocage de la part de l'opposition républicaine, les sénateurs ont adopté mercredi la mesure par 59 voix contre 39.

Les élus se prononcent ainsi pour la prolongation rétroactive du paiement des allocations chômage jusqu'au 30 novembre, après son expiration le 2 juin dernier.

Deux élus républicains, Susan Collins et Olympia Snowe, ont rallié la majorité démocrate et voté pour le déblocage de cette aide. Un démocrate, Ben Nelson, a voté contre. Deux sénateurs, le démocrate Evan Bayh et le républicain David Vitter, n'ont pas voté.

Les républicains objectaient que la mesure, d'un coût de plus de 33 milliards de dollars, s'ajouterait au déficit américain.

«La prolongation des allocation chômage signifie littéralement du pain sur la table et un toit au dessus de la tête pour des millions de familles dans le pays qui ont été victimes de la récession», a estimé dans un communiqué le numéro deux de la majorité Richard Durbin.

La Chambre des représentants avait approuvé le 1er juillet une telle prolongation. Mais le Sénat a modifié le texte, ce qui oblige la Chambre à se prononcer de nouveau sur le texte, avant que le président Barack Obama ne puisse se prononcer.

La chambre basse devrait voter la prolongation des allocations dès jeudi.

Le président américain Barack Obama s'en était pris lundi à ses adversaires républicains bloquant ce programme au Sénat, les accusant de délaisser les Américains dans le besoin.

«Il est temps que les travailleurs qui ont été mis au chômage lors de la récession ne soient plus otages de la politique de Washington», s'était emporté M. Obama lors d'un discours depuis la Maison Blanche, s'en prenant de nouveau à ses adversaires républicains avant les élections législatives de novembre.