La thèse du projet d'attentat dans le métro de New York en septembre 2009 s'est confirmée jeudi avec deux nouvelles inculpations prononcées par la justice américaine, devant laquelle un jeune Afghan, Najibullah Zazi, a déjà plaidé coupable.

Mis à jour le 25 févr. 2010
Paola Messana AGENCE FRANCE-PRESSE

Arrêtés en janvier dernier, Zarein Ahmedzay, 25 ans, chauffeur de taxi résidant dans le quartier du Queens à New York, et Adis Medunjanin, responsable d'immeuble, 25 ans et également résident du Queens, ont comparu en fin de matinée devant un tribunal fédéral de Brooklyn.

Ils ont été accusés notamment d'avoir subi un «entraînement militaire spécifique et intentionnel» de la part d'Al-Qaeda au Pakistan en 2008, et de «complot en vue d'utiliser des armes de destruction massive contre des personnes et des biens à l'intérieur des États-Unis».

Dans un communiqué, le ministère de la justice américain a précisé qu'ils étaient «accusés d'avoir comploté avec Zazi pour attaquer des lignes du métro de New York aux dates du 14, 15, ou 16 septembre 2009.» «Cette attaque aurait été très meurtrière», souligne le ministre Eric Holder, qui «remercie les enquêteurs, la police et le FBI» pour leur travail.

Les avocats des deux jeunes gens -qui étaient en tenue carcérale et non menottés- ont indiqué à la cour que leurs clients plaidaient non coupable, contrairement à Zazi. Tous trois encourent la détention à perpétuité.

Najibullah Zazi, 25 ans et ancien chauffeur de navette à l'aéroport de Denver, au Colorado, a été cité plusieurs fois au cours de l'audience. D'après l'accusation, les trois hommes ont notamment pris l'avion ensemble en 2008 pour se rendre au Pakistan, où ils ont reçu un entraînement militaire dans des camps d'Al-Qaeda.

À la différence de Zazi, qui n'est que résident permanent aux États-Unis, Ahmedzay et Medunjanin sont tous deux citoyens américains.

Zazi a plaidé coupable lundi dernier de «complot dans le but d'utiliser des armes de destruction massive», de «conspiration dans le but de commettre des meurtres dans un pays étranger», et de «soutien matériel au réseau Al-Qaeda».

Il a précisé que les cibles des attaques aux États-Unis auraient été notamment «le métro de New York». Il a reconnu être venu dans la ville «pour planifier l'attentat» en septembre 2009, le 14, 15 ou 16, autour de la date anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center (WTC).

Najibullah Zazi est accusé d'avoir acheté dans un supermarché d'importantes quantités de produits chimiques utilisés en cosmétique mais pouvant entrer dans la composition d'explosifs, notamment du peroxyde d'acétone (TATP), obtenu à partir d'eau oxygénée.

Il s'est débarrassé de son arsenal après avoir compris qu'il était suivi par le FBI -police fédérale, et est reparti pour le Colorado où il a été arrêté peu après. Il est depuis incarcéré à New York.

Le jeune Afghan a souligné avoir «voulu attirer l'attention sur ce que les États-Unis sont en train de faire en Afghanistan.»

Il a précisé s'être vu demander par des dirigeants d'Al-Qaeda, lorsqu'il se trouvait au Pakistan, de rentrer aux États-Unis pour y conduire des opérations suicide, ce que lui et ses compagnons avaient accepté, selon ses déclarations.

Selon des médias américains, le jeune homme a commencé récemment à coopérer avec les enquêteurs.

L'enquête se poursuit, et de nouvelles audiences doivent avoir lieu en avril, a indiqué le parquet. Le verdict pour Najibullah Zazi est attendu fin juin.