Le procès en cour martiale d'un soldat américain du corps des Marines accusé du meurtre d'un prisonnier irakien désarmé en 2004 dans la ville sunnite de Falloujah, a été reporté mercredi, pour donner plus de temps à la défense.

Mis à jour le 19 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le sergent Jermaine Nelson, 27 ans, est l'un des trois Américains à avoir été inculpé dans cette affaire. Il est accusé de «meurtre sans préméditation» et «manquement à ses devoirs» de soldat, le 9 novembre 2004 à Falloujah, alors fief de l'insurrection sunnite, dans l'ouest de l'Irak,

L'enquête sur cette affaire a été menée par la justice militaire à Camp Pendleton, la plus grande base de Marines du monde, à 130 km au sud-est de Los Angeles, où doit se tenir le procès.

Alors qu'il devait s'ouvrir mercredi, celui-ci a été reporté après une requête des avocats de la défense qui ont demandé un délai pour trouver un expert qui puisse témoigner de l'état psychologique de Jermaine Nelson au moment des combats de Falloujah.

La défense pourrait plaider que le soldat souffrait d'un syndrome post-traumatique en 2004.

L'affaire avait éclaté lorsqu'un autre des Marines accusés, le sergent Ryan Weemer, avait avoué, lors d'un entretien de routine en vue d'intégrer une police fédérale, avoir participé à un meurtre.

Ryan Weemer, également poursuivi pour le meurtre d'un Irakien, doit comparaître devant une cour martiale le mois prochain. S'ils sont reconnus coupables, les deux hommes encourent la prison à perpétuité.

Le troisième homme, José Nazario, qui était accusé d'avoir tué deux Irakiens et d'avoir incité MM. Weemer et Nelson à en abattre deux autres, a été acquitté par un tribunal civil californien. Il était devenu policier après avoir quitté l'armée.