(Pékin) Des centaines de milliers d’habitants étaient confinés lundi en Chine en plein rebond épidémique, qui a vu la souche Delta se propager aux quatre coins du pays et atteindre la ville de Wuhan, la première touchée par l’épidémie de COVID-19.

Agence France-Presse

La Chine a quasiment éradiqué la maladie sur son sol depuis le printemps 2020 et la vie y est largement revenue à la normale, malgré la persistance de quelques foyers de contamination — sporadiques et jusque-là très localisés.

Mais depuis la découverte le mois dernier à Nankin de nouveaux cas de COVID-19, ce foyer s’est rapidement étendu.

La Chine a ainsi fait état lundi de 55 nouveaux cas.

Au niveau national, au moins 300 infections, dues au contagieux variant Delta, sont liées à ce foyer.

Ce regain de contamination reste certes encore très limité par rapport aux chiffres enregistrés dans d’autres pays.

Mais ce foyer est en termes d’étendue géographique le plus important de ces derniers mois en Chine : plus d’une douzaine de provinces sont désormais touchées ainsi que Pékin, la capitale, qui a appelé dimanche ses habitants à ne pas quitter la ville sauf raison impérieuse.

De nouveaux cas ont par ailleurs été signalés dans l’île tropicale de Hainan, très prisée par les touristes.

Wuhan, la grande métropole du centre qui avait été fin 2019 le premier endroit au monde à rapporter des cas de COVID-19 et à imposer un strict confinement à ses habitants, a signalé lundi sept cas positifs.

Wuhan n’avait pas fait état de contaminations dites locales à la COVID-19 depuis mai 2020. La ville avait cependant déjà signalé des cas chez des personnes rentrant de l’étranger.

Début juillet, une cinquantaine de passagers chinois rapatriés d’Afghanistan avaient ainsi été déclarés positifs à leur arrivée à Wuhan.

En dépit de la vaccination, des centaines de milliers d’habitants étaient confinés lundi en Chine, principalement à Nankin et dans un quartier du nord de Pékin.

Dans le centre du pays, la ville de Zhuzhou a ordonné à ses 1,2 million d’habitants de rester chez eux pendant trois jours, le temps de dépister la population, selon un communiqué officiel.