Source ID:680fde5af79131468646902a59f4b898; App Source:StoryBuilder

Alléchants trésors du Suroît

La campagne fertile de la région du Suroît,... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

La campagne fertile de la région du Suroît, à l'extrême sud de la Montérégie

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Région fertile et bucolique nichée le long de la frontière américaine entre l'Ontario et la rivière Richelieu, le Suroît propose une offre agrotouristique qui n'a rien à envier aux régions voisines. Coup d'oeil à quelques perles d'un coin de pays que certains se plaisent à appeler les « Cantons de l'Ouest ».

Au fil du Vent

Pierre Corriveau et Johanne Plamondon ont lancé Au... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Pierre Corriveau et Johanne Plamondon ont lancé Au fil du vent quand ils ont pris leur retraite de leurs emplois respectifs dans la région de Montréal.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

À moins de 30 minutes au sud de Montréal, Au fil du vent est surtout connu pour son verjus, un jus extrait de raisins qui n'ont pas encore atteint leur pleine maturité.

« On était à Montréal au marché du Mile End et on proposait toutes sortes de produits du raisin quand un monsieur d'origine turque nous a demandé pourquoi on ne faisait pas de verjus, nous a raconté la copropriétaire Johanne Plamondon. On s'est donc décidés à en faire ; au début ça marchait plus ou moins bien, mais je me suis entêtée. »

Le verjus est le produit vedette d'Au fil... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Le verjus est le produit vedette d'Au fil du vent.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Comme il s'agit d'un produit du terroir pouvant remplacer le jus de citron - avec une acidité plus ronde et moins volatile -, des restaurateurs de renom se sont mis à acheter le verjus à la caisse.

Au-delà du produit vedette, Johanne et son conjoint Pierre Corriveau cultivent aussi noisettes américaines, noix de noyer, bleuets, miel et piment de Gorria. Au fil du vent offre aussi des visites du domaine de même que de coquets espaces à pique-nique.

124, route Édouard-VII, Saint-Jacques-le-Mineur

https://aufilduvent.ca

Fromagerie Kaiser

Fritz Kaiser a démarré sa fromagerie de Noyan... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Fritz Kaiser a démarré sa fromagerie de Noyan au début des années 80.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

À moins de cinq minutes d'un cul-de-sac qui bute contre la frontière américaine, la fromagerie Kaiser est une parcelle de la Suisse au Québec.

Arrivé chez nous il y a 40 ans avec en poche sa formation de fromager, Fritz Kaiser a lancé son entreprise quelques années plus tard. La fromagerie produit aujourd'hui 600 tonnes de fromage par année.

Farouchement indépendant et continuant de s'approvisionner localement, M. Kaiser élabore et teste personnellement les 24 variétés de fromage qui quittent l'usine - 5 d'entre elles ont d'ailleurs été acclamées au dernier concours Sélection Caseus.

La Fromagerie Kaiser propose 24 variétés de fromage, dont... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

La Fromagerie Kaiser propose 24 variétés de fromage, dont certaines qui ne sont offertes qu'à la boutique de Noyan.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

« Il n'y a pas de secret : on peut soit faire un bon fromage, soit produire un fromage vite fait », a affirmé M. Kaiser en nous faisant visiter l'usine ultramoderne en compagnie de son fils Adrien.

On sait évidemment de quel côté campe la famille Kaiser, qui offre d'ailleurs certains formages exclusifs dans son accueillante boutique de Noyan, toujours responsable du quart des ventes de l'entreprise. On y vient pour profiter de sérieuses aubaines, mais aussi pour pique-niquer.

Ouverte du mardi au dimanche, de 9 h à 18 h

459, chemin de la 4e Concession, Noyan

https://www.fkaiser.com/

Bon Boeuf

Agronome de formation, Chantal Agnew s'est tournée vers... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 6.0

Agrandir

Agronome de formation, Chantal Agnew s'est tournée vers l'élevage de boeuf de boucherie en 2015.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

C'est dans les pâturages en pente douce de Saint-Chrysostome que l'on trouve la jolie boutique Bon Boeuf, entièrement réaménagée ce printemps. Après avoir racheté la ferme familiale il y a 15 ans, Chantale Agnew a décidé de se lancer dans la production de boeuf d'abattage en 2015.

« Les gens veulent de plus en plus entrer en contact avec les producteurs, on sent qu'ils ont besoin de savoir d'où vient leur viande, nous a-t-elle raconté pendant la visite guidée de la ferme. Il y a 50 ans, tout le monde avait un lien avec un agriculteur, mais ce n'est bien sûr plus le cas aujourd'hui. Ça fait donc partie du charme d'acheter directement à la ferme. Ça permet aussi une meilleure compréhension de notre quotidien. »

Le troupeau de la ferme Anglo Acres compte... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 7.0

Agrandir

Le troupeau de la ferme Anglo Acres compte plus de 100 têtes, dont la moitié est destinée à l'abattage.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

En plus de proposer toute la variété de coupes de boeuf, Bon Boeuf produit des oeufs, de la viande de porc et s'apprête à offrir une sélection de plats préparés.

Ouverte du jeudi au samedi, de 10 h à 18 h, et le dimanche, de midi à 17 h

122, rang Duncan, Saint-Chrysostome

https://www.boutiquebonboeuf.com

Domaine Herdman

Les marcassins nés au Domaine Herdman sont issus... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 8.0

Agrandir

Les marcassins nés au Domaine Herdman sont issus du croisement de trois différentes races de sangliers ; on évite soigneusement les bêtes qui auraient pu être croisées avec des porcs.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Analyste immobilier dans une grande firme comptable, Éric Leboeuf a tout laissé derrière il y a 10 ans pour acheter une terre dans le but d'y planter un vignoble. Ça ne s'est pas passé comme prévu, mais à la suggestion d'un éleveur, il s'est converti... à la production de viande de sanglier !

« J'ai toujours voulu élever des bêtes que j'aime manger, nous a expliqué M. Leboeuf. On a donc acheté un troupeau à la fin de 2016 pour ensuite aménager l'enclos l'hiver suivant. J'ai fait mon cours de boucherie, si bien que je fais moi-même les coupes des carcasses que je fais abattre dans un abattoir tout près. »

Il s'occupe maintenant d'une harde de 65 têtes qui vit en groupe, en respect de la hiérarchie propre aux sangliers. Épicurien, Éric Leboeuf cuisine aussi ses propres saucisses, bacon et terrines, le tout concocté en s'approvisionnant auprès des nombreux producteurs locaux, qu'il s'agisse de vergers, vignobles, cidreries ou microbrasseries.

Ouvert sur rendez-vous

1272, chemin Brook, Hinchinbrooke

http://www.domaineherdman.com




Les plus populaires : Gourmand

Tous les plus populaires de la section Gourmand
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer