Source ID:; App Source:

Pollution «historique» à Singapour

Chaque année à la même période, la petite... (PHOTO JOSEPH NAIR, AP)

Agrandir

Chaque année à la même période, la petite île de Singapour étouffe sous l'épaisse fumée que lui envoie l'île indonésienne voisine de Sumatra, où la culture sur brûlis est encore largement pratiquée. Mais le problème atteint cette fois-ci des proportions historiques.

PHOTO JOSEPH NAIR, AP

Agence France-Presse
Singapour

Gratte-ciels perdus dans le smog, qualité de l'air jugée dangereuse pour la santé, vendeurs de masques en rupture de stock: Singapour étouffait jeudi sous des records historiques de pollution, dus à des feux volontaires allumés sur l'île indonésienne voisine de Sumatra.

L'indice de pollution a atteint jeudi midi 301, soit un niveau jugé «dangereux» pour la santé des quelque 5,3 millions d'habitants de la cité État, après avoir franchi un record historique dans la nuit à 321. Tout indice supérieur à 200 est considéré comme une menace sanitaire.

L'odeur âcre de brûlé prenait au nez dans le quartier des affaires de cette capitale de la finance réputée pour son obsession de la propreté et de la santé de ses habitants. Les pharmacies étaient en rupture de stock de masques jetables, tandis que les joggeurs avaient déserté les parcs urbains.

Chaque année à la même période, la petite île de Singapour étouffe sous l'épaisse fumée que lui envoie l'île indonésienne voisine de Sumatra, où la culture sur brûlis est encore largement pratiquée. Mais le problème atteint cette fois-ci des proportions historiques.

«Il s'agit dorénavant de la pire pollution que Singapour ait connue», a conclu Vivian Balakrishnan, ministre singapourien de l'Environnement, qui a exhorté l'Indonésie à agir «de manière décisive et urgente afin de prendre le problème à la source».

Mais à Jakarta, Agung Laksono, le ministre indonésien responsable de la lutte contre les feux de forêt a répondu très sèchement aux remontrances de Singapour. «Singapour devrait cesser de se comporter comme un enfant et de faire tout ce bruit», a-t-il déclaré à la presse, ajoutant que Jakarta n'accepterait aucune aide financière de Singapour sauf s'il s'agissait d'une «grosse somme».

Le ministre a par ailleurs renvoyé la balle à la cité État, évoquant la possibilité que les feux de forêt aient été allumés par certaines grosses plantations de palmiers à huile singapouriennes qui ont d'importantes concessions sur l'île de Sumatra.

Une réunion d'urgence a été convoquée à Jakarta, en présence du directeur de l'Agence nationale singapourienne de l'environnement.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer