Le verre n'a plus sa place dans les bacs de récupération, estime la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Mis à jour le 18 janv. 2019
JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ LA PRESSE

L'organisme qui regroupe 82 municipalités totalisant la moitié de la population du Québec s'apprête à demander à Québec d'élargir la consigne aux bouteilles de vin et d'eau, a appris La Presse.

C'est la « crise du recyclage » provoquée par la décision des autorités chinoises de ne plus accepter les matières recyclables de mauvaise qualité, comme celles du Québec, qui est à l'origine de cette réflexion, a expliqué à La Presse le coordonnateur à l'environnement de l'organisme, Michel Allaire.

« C'est une matière problématique » qui contamine les autres et endommage l'équipement des centres de tri, explique-t-il.

Aux yeux de la CMM, la consigne est la meilleure façon d'assurer que le verre récupéré au Québec soit d'une qualité suffisante pour être recyclé, au lieu d'être envoyé à l'enfouissement, comme c'est généralement le cas à l'heure actuelle.

Selon les données de Recyc-Québec, seulement 14 % du verre est recyclé, au Québec, un taux qui est de 80 % ailleurs au Canada, rappelle Michel Allaire.

Une modernisation

Il faut « moderniser la consigne » et en « augmenter les tarifs », affirme Michel Allaire, qui précise que la CMM recommande aussi de l'élargir aux bouteilles de plastique et aux canettes d'aluminium.

La consigne doit « viser le contenant, pas le contenu », dit-il, trouvant anormal qu'une bouteille de plastique ne soit pas consignée si elle contient de l'eau, mais le soit si elle contient une boisson gazeuse.

La commission de l'environnement de la CMM déposera donc en février un rapport qui recommande la modification du plan de gestion des matières résiduelles pour détourner ces matières de la collecte sélective au profit de la consigne.

La proposition, qui devrait normalement recevoir l'approbation des élus, fera ensuite l'objet d'une consultation publique, au printemps, puis d'une analyse de Recyc-Québec pour vérifier qu'elle est conforme à la législation québécoise.

Le ministre de l'Environnement aura ensuite quatre mois pour l'approuver ou la rejeter.

Une occasion pour Legault

L'appel de la CMM en faveur de la consigne aura un « énorme impact positif », s'enthousiasme le directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, Karel Ménard, qui y voit une « méchante pression » sur le gouvernement.

« Si j'étais le premier ministre, je serais très sensible à ça », dit-il, évoquant une « situation gagnant-gagnant » pour le gouvernement de François Legault.

L'élargissement de la consigne lui vaudrait l'appui de « l'ensemble du milieu [environnemental] » en plus de permettre des « gains » en termes de réduction des gaz à effet de serre (GES), puisque fabriquer du verre à partir de matière recyclée requiert beaucoup moins d'énergie.

Il qualifie de « vrai scandale » le faible taux de recyclage du verre au Québec.

« Ça coûte des millions de dollars pour envoyer au dépotoir une matière recyclable. »

- Karel Ménard

La Communauté métropolitaine de Montréal n'est pas la seule organisation du monde municipal à réclamer la consigne, rappelle Karel Ménard : l'Union des municipalités du Québec et la Ville de Québec se sont également prononcées en sa faveur par le passé.

Si le gouvernement autorisait la demande de la CMM, les choses pourraient « débouler très vite », croit Karel Ménard, qui appelle le gouvernement à opter pour des centres de dépôt « efficaces ».

La CMM, elle, ne se prononce pas sur le mode de fonctionnement que devrait adopter un système de consigne élargi et modernisé ; il appartiendrait au gouvernement de le déterminer.

Le cabinet du ministre de l'Environnement n'a pas rappelé La Presse hier.